Menu

STING – ARKEA ARENA #LIVE REPORT @ DIEGO ON THE ROCKS

STING – 3/11/2022 ARKÉA ARENA

UN ANCIEN POLICIER SANS ATTELLE

En octobre 2019, Sting était passé par l’Arkéa Arena et avait enchanté le public Bordelais. A la surprise générale, il « bénéficiait » d’une attelle suite à un accident survenu sur Paris quelques jours auparavant obligeant l’ancien policier à délaisser sa basse au profit d’un musicien additionnel. 3 ans plus tard, l’Anglais devenu septuagénaire revient finir la tournée « My Songs » avortée par la Covid en proposant quelques variantes dans la set-list tout en conservant une ossature de hits mythiques plus célèbres les uns que les autres.

 

GORDON ET JO SUMNER

Jo, 45 ans est le chanteur du groupe Fiction Plane et accessoirement le fils de Gordon, plus connu sous le pseudonyme Sting. Pour cette nouvelle tournée hexagonale, Jo est la première partie de son père et va produire une prestation folk-solo qui deviendra intéressante sur les deux derniers titres. Divertissant en attendant l’ex-leader de Police.

STING BDX 2

20h45, c’est au son de « Message In a Bottle », « Englisman In New York » et « Every Little Thing She Does Is Magic » qu’il entre en scène. Autant dire que Sting met d’emblée la barre haute même si sa voix mettra un bon quart d’heure à être opérationnelle ! L’entame est différente qu’en 2019 tout comme les 3 titres suivants issus de l’album « The Bridge » publié l’an dernier. Le concert devient survolté dès que le chanteur interprète des titres de Police (qui officia de 1978 à 1983) ou lorsqu’il est accompagné de ses talentueux musiciens. Pour preuves, le choriste Gene Noble fait chavirer les coeurs avec sa voix de velours (« Shape Of My Heart ») tout comme l’harmoniciste Shane Sager lorsqu’il imite Stevie Wonder sur « Brand New Day ». La Motown cède la place au reggae en revisitant « Walking On The Moon » / « So Lonely » incluant un snippet de Bob Marley (« No Woman No Cry »). Autant dire que la classe musicale rejoint la classe physique de Sting qui arbore fièrement ses 71 printemps avec une silhouette de jeune homme en tee-shirt moulant. Le chanteur se raconte brièvement en Français et présente les musiciens 2 fois avec une fierté non dissimulée.

La version de « Desert Rose » fait la part belle aux sonorités orientales alors que Jo Sumner revient sur scène assister son père pour les titres annonçant le rappel. « King Of Pain » est sympathique mais pas à la hauteur de « Wrapped Around Your Finger » jouée en 2019 qui obtint la palme d’or du concert sur l’échelle de « Diego en live !!! » Pour le final, Sting ne chantera pas « Russians » (probablement en rapport avec l’actualité politique) et clôt son set avec l’indémodable « Roxanne »  et sa plus belle chanson solo, « Fragile ». Un son de guitare acoustique reconnaissable entre mille…

 

BILAN

L’énorme carrière révèle des inégalités dans la parution des tubes qui manquent terriblement depuis le début des années 2000. Où sont passés le groovy de « If You Love Somebody » et la mélodie de « Fields Of Gold » (jouée ce soir) dans les derniers albums ? Néanmoins, le chanteur s’aventure dans tous les styles musicaux (pop, rock, jazz, reggae…) et ses prestations sont à la hauteur d’une discographie en partie légendaire. Un artiste universel qu’il est toujours bon de retrouver. 

Photo / vidéo : Diego

Remerciements : EUTERPE PROMOTION (Charlène, Julie)

Salutations Amicales : Michel, fan de ED 😉

 

 

 

 

Chroniques Concerts En tournée Musiques du Monde Pop Pop Rock , , , , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲