Menu

SCORPIONS – ARKEA ARENA #LIVE REPORT @ DIEGO ON THE ROCKS

SCORPIONS – 20/06/2022 ARKÉA ARENA

 

50 ans après la parution de « Lonesome Crow », premier album de SCORPIONS, les Allemands sont en France pour défendre « Rock Believer » publié le 25 février 2022.

IMG 7868

D’emblée un double constat s’impose : le concert fût court (1h30) et Klaus MEINE a pris un coup de vieux depuis leur dernier passage à la patinoire en décembre 2015 (avec EUROPE). Il est sorti deux fois de scène lors d’instrumentaux relativement longs (dont « Coast To Coast ») alors que « The Language Of My Heart » était programmée sur la setlist d’origine (voir les concerts précédents). Etonnant qu’un titre récent hommage à la France ne soit pas interprété…  A 74 ans, il n’est pas toujours évident d’assurer le rythme harassant et caniculaire des tournées mondiales mais le chanteur semble n’avoir rien perdu de son organe vocal. Souhaitons qu’il ne s’agisse que d’une méforme passagère… 

Quant à Rudolf SCHENKER guitariste-fondateur du groupe, il arbore son fidèle chapeau « Crocodile Dundee » et va ravir les 6000 spectateurs de ses riffs légendaires largement supportés par Matthias JABS et Pawel MACIWODA.

 

Côté chansons, une nouveauté comme « Seventh Sun » pourrait devenir un classique tant sa musicalité représente le SCORPIONS des trente dernières années mais ce sont les vieux tubes qui vont être plébiscités. « Wind Of Change » est dédicacée au peuple Ukrainien alors que Klaus adapte le premier couplet du hit datant de 1991 en passant de « Gorky Park » aux rues de Kiev. Même si je soupçonne une bande enregistrée pour les sifflements, l’instant est fédérateur. A cet effet, plusieurs grands moments rock n’roll sont à retenir dans le set : « The Zoo » (toujours aussi efficace), « Blackout » et « Big City Nights ». La part-belle est donnée aux 80’s et « Still Loving You » puis « Rock You Like a Hurricane » en rappel confirment que l’âge d’or des Allemands est situé entre 1980 et 1984.

IMG 7866

Côté décors, c’est la grande classe habituelle pour les groupes de hard-rock. La mise en scène est somptueuse (3 écrans géants) et la luminosité exceptionnelle pour une arèna comme Bordeaux, peut-être la plus belle de l’hexagone. Le batteur Suédois Mikkey DEE nous gratifiera d’un solo très applaudi (« New Vision »). Une grande avancée permet aux guitaristes et chanteur (qui jouera quelques accords en début de set) d’approcher leur public au plus près. Les tentatives d’accélération sur 15 mètres des septuagénaires prouvent qu’il faudrait peut-être revenir à des concerts philharmoniques/acoustiques comme en 2000/2001… Cela n’enlève rien à la prestation musicale et à la bonne humeur de Rudolf qui enfume son acolyte avec une guitare agrémentée d’un pot d’échappement…

 

Au final, SCORPIONS propose un concert sympathique loin d’être mémorable, marquant probablement le terme d’une carrière incroyable. A noter la bonne première partie assurée par les Américains de TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN

 

Remerciements : EUTERPE PROMOTION / BOX OFFICE

Photos : Laurent Robert

 

 

Chroniques Concerts Rock , , , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲