Menu

INTERVIEW MANUSCRITE #91 – TELEGRAM @ DIEGO ON THE ROCKS

INTERVIEW TELEGRAM PAR DIEGO*ON*THE*ROCKS

Le 22 octobre 2021, TELEGRAM a sorti son 2ème album baptisé « Le Long Des Méridiens » réalisé par Guillaume MARTIAL (COCOON, BENABAR). Composé de Laurent KEBOUS, Chloé LEGRAND, Julien PERRUGINI, Hugo RADUCANU et Vincent SERRANO, le groupe propose à l’auditeur une musique hétéroclite habillant des textes dans l’air du temps. Entre lucidité et poésie, Laurent & Chloé ont accepté de répondre aux questions de Musiques En Live :
 
DIEGO : Laurent, lors d’une entrevue en studio tu m’avais dit que TELEGRAM était un peu plus le projet de Chloé que le tien. Qu’en est-il ?
LAURENT : Artistiquement, elle porte beaucoup de choses dans TELEGRAM. J’écris des textes et Chloé compose principalement la base musicale. Pour résumer, la « muse artistique sonore » de ce projet, c’est Chloé ! Pour blaguer, je dirais que nous sommes ses 4 musiciens ! (rires)
 

DIEGO : Compte tenu du nombre important de projets que tu gères « en même temps », on se demande comment tu décides pour quel groupe sera telle nouvelle chanson ?
LAURENT : C’est souvent une évidence. Il m’arrive de faire un titre guitare-voix que je confie à Chloé pour les arrangements, cela deviendra un titre de TELEGRAM.
CHLOÉ : Moi j’habille le morceau ! Après lorsque Laurent écrit, en fonction de la thématique abordée, il sait pour quel projet est destinée la chanson. 
LAURENT : TELEGRAM est le projet le plus poétique que je mène. TAN2EM aurait vocation à être plus abordable et LES HURLEMENTS DE LÉO demeure un mélange de poésie et de thématiques sociétales avec des paroles un peu plus engagées. 
 
DIEGO : Ce qui n’empêche pas TELEGRAM d’être engagé notamment dans ce nouvel album ! Quelles sont les motivations de continuer à jouer après 25 ans de carrière ?
LAURENT : A ce jour ma motivation principale est d’avoir une activité artistique avec Chloé, jouer ensemble. S’en nourrir, s’en inspirer et avancer. En groupe, les musiciens qui nous entourent sont humainement et artistiquement brillants. Cela facilite le travail. 
Personnellement j’ai fais beaucoup de concerts durant 25 ans, je pourrais moins jouer sans problème. J’aime ça mais n’ai pas nécessairement envie de me produire 100 dates par an. Tout dépend où et avec qui tu joues… 
CHLOÉ : Avant de connaitre Laurent, j’étais dans d’autres formations. J’ai toujours eu des projets en étant compositrice et musicienne. A la différence de Laurent, j’ai besoin des autres pour monter des groupes et ne m’envisage pas seule, du moins à ce jour. Artistiquement la camaraderie est importante. 
 
DIEGO : Sans vulgarité, il y a « la bande à KEBOUS » qui est importante ! 
LAURENT : Effectivement, ce sont des fidèles. Par exemple lorsque Vincent (des HURLEMENTS) est arrivé dans TELEGRAM, il est apparu comme une évidence musicale. 
 
DIEGO : C’est Vincent qui colore la musique de TELEGRAM ?
LAURENT : Oui, nous voulions un hybride entre le rock, la chanson et la musique du monde. Vincent est un atout qui se marie parfaitement avec Hugo (batterie/rap) et Julien (basse). 
 
image1 copie
DIEGO : Et ce deuxième album contient une nouveauté flagrante ! Le flow du chant ?
CHLOÉ : Hugo n’était pas dans le premier album, c’est lui qui rappe sur plusieurs morceaux du LP « Le Long Des Méridiens ».
LAURENT : Même si je m’y suis essayé, ce n’est pas ma discipline de prédilection. Pour résumé, j’ai plutôt GAINSBOURG qu’EMINEM en référence ! Hugo écoute et mélange du rap Français et Américain avec efficacité. Cette fusion et cette évolution sont normales.
 
DIEGO : GAINSBOURG qui a inspiré le nom du groupe TELEGRAM et GAINSBOURG qui mélangeait les genres musicaux aussi !
LAURENT : Oui. Après, un style musical nait pour être dénigré, il vit et s’enracine. Au bout de quelques années, tout le monde s’en inspire et le détourne !
CHLOÉ : Sans parler de ceux qui fusionnent les styles ! Actuellement il existe beaucoup de propositions musicales et ce mélange des genres est intéressant. L’originalité et la nouveauté sont par essence originales. 
 
DIEGO : Ce nouvel album contient la world music et le pop-rock entendus précédemment mais il y a une nouveauté musicale : le tango que l’on retrouve dans « Milonga » par exemple ?
LAURENT : Cela permet un clin d’oeil à GOTAN PROJECT que nous aimons beaucoup. Effectivement sur le premier album Hugo n’était pas présent et l’ingrédient « batteur/rappeur » apporte une nouvelle touche musicale à ce deuxième disque. 
 
DIEGO : Le premier single publié s’appelle « La Nuit ». On y retrouve l’esprit de NOIR DESIR et de MATMATAH ?
LAURENT : Effectivement, on ne peut nier avoir écouté NOIR DESIR et MATMATAH depuis 20 ans ! Par contre l’instrument utilisé dans ce titre est une flute Chinoise baptisée « Hulusi ». Lorsqu’on parle de MATMATAH, on pense à la bombarde Bretonne… avec « La Nuit » nous sommes en Chine. Le différence est très subtile et pas forcement perceptible. 
 
DIEGO : Et votre musique est cosmopolite !
LAURENT : Carrément ! D’ailleurs l’album s’intitule « Le Long Des Méridiens » ! On voyage. Pour les comparaisons avec les deux groupes précités, je n’y vois aucun inconvénient. 
 
DIEGO : On en revient à Vincent SERRANO qui joue avec les instruments qui mettent en couleur votre musique ?
CHLOÉ : Oui c’est lui qui joue avec les instruments du monde. 
LAURENT : Il nous fait voyager. On arrive avec un format « chanson arrangée » et Vincent choisit l’instrument qui colore le morceau. Je pense par exemple au N’Goni qui est une harpe Africaine sur « Terre Minée », on peut considérer que Vincent est le « peintre » du groupe, pas en bâtiment, en version artistique ! (rires)
 
DIEGO : Un moment fort de l’album : « Les Sirènes ». Pouvez-vous me parler de cette chanson que je sens engagée ?
LAURENT : Avec Hugo nous avons voulu brouiller les pistes. La chanson finit par « Ils ont largué les anars » afin de se demander pourquoi nous sommes toujours enfermés dans un système démocratique où il faut voter. « Les Sirènes » (qui font sombrer les marins en les attirant) prétendent qu’il faut voter pour sauver notre démocratie mais nous n’y croyons plus… TELEGRAM a une philosophie anarchiste et nous pensons qu’il serait possible de faire mieux sans voter. Pourquoi les votes blancs ne sont-ils pas comptabilisés ? Une autre lecture de cette chanson serait celle de la ville de Bordeaux qui fut le point de départ d’un commerce triangulaire au temps de l’esclavagisme. 
 
DIEGO : « Moins Qu’Un Chien » du premier album et la récente « Route 666 » n’ont pas des sujets similaires ?
LAURENT : Non. « Moins Qu’Un Chien » relate le déclin d’une personne qui tombe de plus en plus bas pour terminer à la rue. 
CHLOÉ : « Route 666 » est une quête vers la liberté. 
LAURENT : Un renoncement pour une renaissance. Elle peut même être assimilée à une chanson d’amour. Après il y a toujours plusieurs lectures dans une chanson. 
 
DIEGO : Evidemment. Lorsque tu créés une chanson, tu es seul à connaitre ton idée de départ. La lecture et l’interprétation de l’auditeur peuvent l’emmener parfois loin du sujet initial ! « Terre Minée » vise dans le mil de l’anticapitalisme ?
LAURENT : C’est surtout le déclin de la civilisation. On s’inquiète pour l’avenir de nos enfants et combien de temps les humains vont-ils survivre ?
CHLOÉ : D’après les scientifiques, en 2100 la terre ne sera plus habitable ! A titre individuel nous faisons des efforts mais les gouvernements ne semblent pas prendre l’ampleur du désastre et les mesures qui s’imposent. 
 
DIEGO : Sachant que nos 68 millions de Français veulent donner la leçon aux 1,4 milliards de Chinois ! Pour revenir à « Terre Minée », Laurent tu me rappelles quelques intonations de Bertrand CANTAT dans le chant ?
LAURENT : Un peu de « parler-chanter » à la GAINSBOURG que CANTAT utilise de temps à autre. J’ai 50 ans aujourd’hui et aimé Bertrand dans ma jeunesse. Désormais c’est un collègue de boulot et j’apprécie la référence ! J’aimerais le revoir sur scène.
 

DIEGO : Nous aussi et en interview Musiques En Live ! Revenons à l’album, quel est le sujet du titre « La Mutation » ?
LAURENT : Un esprit chaotique. « Je suis un chevalier sur un cheval mort… » quelqu’un qui part en croisade.
CHLOÉ : Une course avec le temps avec un riff de guitare à la B52s. 
LAURENT : Et un instrument Hindou qui s’appelle le bulbul tarang. Il est composé de touches et de cordes qui passent dans un ampli pour donner un son trippant. 
 
DIEGO : « Ma Galaxie » est-elle une chanson écologiste réalisée pendant le confinement ?
LAURENT : Elle a été faite avant ! Comme une prémonition. Nous sommes contents de pouvoir parler de nos chansons… et cela les charge sachant que le COVID n’existait pas lorsque nous avons écrit ces titres. Comme « Le Grand Incendie » sorti le 11 septembre 2001… 
Dans beaucoup de textes, le label prétend que nous faisons un album « green ». Il faut arrêter la course à l’échalote car nous allons droit dans le mur, tel est notre discours !
DIEGO : Les Américains avaient de l’avance car R.E.M. a sorti son album écologiste baptisé « Green » en 1988 ! Une de mes références d’ailleurs !
LAURENT : Heureusement que certains mettent en avant leur notoriété pour signaler les abus. STING est pote avec RAONI depuis des lustres pour protéger l’Amazonie en créant une ONG. 
 
DIEGO : Effectivement ils remplacent parfois le rôle des dirigeants qui ressemblent à des puissants/impuissants…
LAURENT : Et d’ailleurs il y a des contradictions. A Bordeaux nous avons tous été contents de voir arriver un maire écologiste et on voit encore des bateaux de croisière accoster sur les quais. Des poubelles géantes, on dirait des HLM allongés !
 
DIEGO : Tu prêches un convaincu (sans jeu de mots…) J’aime beaucoup la fin du disque qui a une couleur plus calme et mélodique. Qui sont les vaincus de « A La Mémoire De Nos Vaincus » ?
LAURENT : Elle a été écrite à Astaffort et contient un format très « chanson-soignée » (chez Francis !) Nous sommes tous des vaincus. Ce titre comprend des dédicaces et chacun s’y reconnaîtra. 
 
DIEGO : Côté reprises, vous avez joué du LEONARD COHEN, du SOFT CELL et sur le nouvel album c’est GAINSBOURG que découvre l’auditeur. Pourquoi ce choix ?
LAURENT : Il y avait déjà GAINSBOURG dans le premier album, « Overseas Telegram ». Ce titre a donné le nom à notre groupe et c’est probablement ma référence principale.
 
DIEGO : Vous reprenez « La Chanson De Prévert ». Saviez-vous que GAINSBOURG avait été inspiré par « Les feuilles Mortes » de MONTAND ?
LAURENT & CHLOÉ : Non ! 
LAURENT : Concernant « La Chanson De Prévert », j’ai toujours trouvé ce titre fascinant. Mon but était de re-bouleverser la chanson en inventant un refrain qui n’est pas dans l’original, d’où l’adaptation personnalisée (NdA : « Jour après jour, nos amours mortes… »). De plus, nous avons ajouté une rythmique dansante. 
image2
 
DIEGO : « September Song » de JP COOPER, « September In The Rain » de SINATRA, « September » de EARTH WIND & FIRE, « Septembre, En Attendant » de NOIR DESIR, « C’Est En Septembre » de BECAUD, « Septembre » de BARBARA et désormais « Septembre » récemment éditée de TELEGRAM ! Qu’est ce que ce mois de septembre a de particulier ?
LAURENT : Peut-être le mois de la reprise ! On a enregistré ce titre avec une chanteuse Grecque qui s’appelle Alexia C. et qui travaille dans une boite de tournée. Aimant sa voix, je lui ai proposé cette collaboration et j’avoue être très content du résultat !
CHLOÉ : Septembre est peut-être le mois de la mélancolie…
 
DIEGO : Vous avez fait un duo avec CATFISH qui s’appelle « Ali ». pourquoi n’est-il pas dans l’album ?
LAURENT : J’aime beaucoup Damien FELIX de CATFISH. On compose actuellement une chanson ensemble pour LES HURLEMENTS DE LÉO. Concernant « Ali », il s’agit d’un des portraits d’une future exposition de peinture de Fred KLEINBERG. Il a fait notre fond de scène sur la tournée en hommage à MANO SOLO car c’était un de ses amis. Fred s’est fait son panthéon de personnages ayant marqué l’histoire comme l’avocate Tunisienne Gisèle HALIMI, le ministre Robert BADINTER, la militante Rosa PARKS, la chanteuse-résistante Joséphine BAKER et bien d’autres…
CHLOÉ : Ce sont des personnages accessibles au plus grand nombre. Une quinzaine au total qui ont bouleversé nos vies.
LAURENT : Notre but est de faire la mise en musique des portraits. C’est un travail que nous faisons avec Chloé et chaque peinture correspondra à une chanson. Pour ceux-ci, il y a des invités comme Mirabelle GILIS (compagne de MIOSSEC), DANAKIL, Harrison STAFFORD le chanteur de GROUNDATION… et CATFISH. Il y a un autre morceau avec Damien FELIX qui s’appelle « Du Rire Aux Larmes », un portrait de CABU dont le fils était MANO SOLO. Nous allons prochainement entrer en studio et le projet s’appelle WE CAN BE HEROES.
DIEGO : Just for one day !
LAURENT : C’est ça ! Tu sais maintenant pourquoi « Ali » n’est pas sur l’album mais fera peut-être partie de la tournée, chanté par Julien PERRUGINI.
CHLOÉ : « Ali » est sorti en clip sous le nom TELEGRAM car le projet n’était pas encore finalisé et c’était beaucoup plus simple pour notre label. Amandine et Damien ont largement participé à l’élaboration et l’enregistrement de ce titre. 
 
DIEGO : Côté visuel, vos clips, pochettes et photos comportent des lignes rappelant les méridiens et parallèles. C’est un concept qui vous suivra ?
LAURENT : Deux artistes Bordelais, Antoine JARZABEK et Pierre LEBRET sont à l’origine de ce visuel. Concernant les traits rappelant des méridiens et parallèles, nous avons vu un film musical qui s’appelle « LETO » de 2018 se passant en Russie. Il raconte la vie d’un groupe des 80’s et le réalisateur utilise cette technique pour « puncher » son image initiale en noir et blanc. 
DIEGO : Cela apporte une « marque de fabrique » à TELEGRAM !
LAURENT : Exactement. Nous sommes très contents de cet habillage visuel.
CHLOÉ : De plus, cela correspond au nom du groupe et au titre de l’album, « Le Long Des Méridiens »
LAURENT : Le prochain clip sera « Route 666 » tourné dans la forêt Landaise. Etant originaire de ce beau département, j’en suis fier !
DIEGO : « Milonga » a également été tourné dans les bois avec une danseuse professionnelle ?
CHLOÉ : En Dordogne avec une danseuse Espagnole.

image0

DIEGO : Laurent tu aimes les jeux de mots dans tes textes : « Terre Minée, Larguer les anars, Payer l’addiction… » ?
LAURENT : « Payer l’addiction » est une reprise déjà utilisée avec LES HURLEMENTS DE LÉO ! 
 
DIEGO : En parlant des HURLEMENTS, vous avez rendu hommage à MANO SOLO. N’avez-vous jamais pensé à publier un disque avec MANU CHAO qui pourrait s’appeler LES HURLEMENTS DE MANU (ou MANO) afin de reprendre des titres de la MANO NEGRA ?
LAURENT : Nous nous sommes croisés plusieurs fois avec Manu. Néanmoins la musique des HURLEMENTS DE LÉO me parait trop dépressive au style de MANU CHAO. Il a une façon d’utiliser les mots et d’entrer dans la tête des gens comme personne d’autre… à part peut-être GAETAN ROUSSEL ! Sans en dire beaucoup, ces artistes parviennent à rentrer dans ton cerveau et à y rester. 
Après Manu semble très occupé comme garçon. Il joue avec son fils. 
DIEGO : Comme Hubert Felix THIEFAINE ! 
LAURENT : C’est ça mais dans un autre registre ! Il t’emmène très loin dans le texte.
DIEGO : Comme BASHUNG. 
LAURENT : Certes mais THIEFAINE écrit seul alors que BASHUNG avait ses auteurs. Il décousait toutes les phrases et rendait fou ses collaborateurs.
 
DIEGO : Pour finir cette belle interview, quels sont les plus beaux concerts auxquels vous ayez assisté ?
LAURENT & CHLOÉ : Récemment à Luxey Philippe KATERINE. Une belle surprise car il est drôle, barré avec une scénographie de barjot.
Dans le style show à l’Américaine, MUSE aux Eurockéennes en 2002. Côté pyrotechnie RAMMSTEIN et scénographie SHAKA PONK. Pour ces derniers, on les imagine mal sans artifices. 
DIEGO : Il faudrait juste que SHAKA PONK se renouvelle par rapport aux autres artistes cités ! Pas d’improvisation possible… 
LAURENT : Le singe est en short cette année !
DIEGO : C’est ça… merci Laurent & Chloé. Longue vie à votre album et une belle tournée à venir. nous serons présents !
LAURENT & CHLOÉ : Merci Diego. A très vite. 
 

  • Remerciements : Laurent & Chloé
  • Photos : Pascal Lambert / Pierre Lebret
  • Relecture : Florence R.

Chanson Française Concerts En tournée Interview Les Interviews de MeL Pop Pop Rock Webzine - Musiques en Live , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲