Menu

INTERVIEW MANUSCRITE #89 – GAUVAIN SERS @ DIEGO ON THE ROCKS

INTERVIEW GAUVAIN SERS PAR DIEGO*ON*THE*ROCKS

Remarqué par RENAUD en 2016, l’auteur-compositeur-interprète a sorti son troisième album baptisé « Ta Place Dans Le Monde » en septembre dernier. Alors qu’il entame une tournée hexagonale qui passera par le Théatre Fémina le 14 octobre et la plupart des zéniths de France, GAUVAIN a accepté de répondre aux questions de DIEGO pour MUSIQUES EN LIVE.
 
 
DIEGO : Tu retrouves enfin la scène après la tournée avortée de 2019. Pas trop difficile d’avoir sorti un album sans pouvoir le défendre totalement ?

GAUVAIN SERS : Effectivement, la tournée baptisée « Les Oubliés » de 2019 n’a été jouée qu’à un quart des shows programmés… un sentiment de frustration t’envahit puis tu relativises. La situation sanitaire concernait tout le monde, je me suis réfugié dans l’écriture afin d’éviter de se morfondre.

DIEGO : La bonne solution ! J’imagine que tes chansons à consonance militante nécessitent un partage essentiel avec le public ?

GAUVAIN SERS : Oui. En live la résonance et l’ampleur sont différents. Les concerts sont très importants et le partage est primordial.

 

DIEGO : Es-tu un artiste qui se raconte entre ses compositions durant les concerts ? Il faut être proche des gens ?

GAUVAIN SERS : Je parle beaucoup, parfois trop ! Il est important d’établir un lien, comme un fil rouge qui accompagne le spectateur durant le concert. Cette tournée comporte une belle mise en scène et cela me permet de raconter les « à côtés » de mes chansons. Une interaction nécessaire.

Concernant la proximité avec les gens, j’aime le lien qu’il y a avec le public et il faut rester proche, aborder les sujets qui touchent le public. La sincérité est très importante.

 

DIEGO : C’est ton leitmotiv ?

GAUVAIN SERS : J’espère que c’est le leitmotiv de tous les artistes ! Il ne faut pas tricher, surtout lorsqu’on aborde un contexte social. Il faut être honnête avec soi-même afin d’obtenir une certaine légitimité. Il faut assumer ses compositions. En écrivant, je ne pense pas à la réaction future des gens. Un sujet te touche et devient le point de départ d’un titre. Ensuite, je deviens l’interprète et nécessite d’être en accord avec moi-même en temps qu’auteur.

 

DIEGO : Ton troisième album s’appelle « Ta Place Dans Le Monde« . GAUVAIN SERS a t’il trouvé sa place dans ce monde discographique ?

GAUVAIN SERS : J’en ai l’impression. Je trace mon chemin en restant fidèle à mes envies. Une chanson Française qui raconte des histoires avec émotion, sourires, en réfléchissant et parfois en pleurant. J’essaie de faire perdurer un style qui existe depuis longtemps tout en ajoutant ma patte personnelle que j’espère un peu moderne compte tenu des sujets abordés.

 

DIEGO : En parlant de contenu, le titre « Elle Était Là » parle de qui ?

GAUVAIN SERS : C’est un hommage retraçant mes premières années. Ma compagne me suit depuis le début, une épaule précieuse qui me soutient. Cette chanson relate sa présence inaltérable dans les bons et les mauvais moments. C’est mon dernier single, nous avons publié le clip cet été. 

 

DIEGO : Cela s’appelle l’Amour ! Autre titre qui mérite des précisions : « Y’A Plus De Saison ». C’est une chanson écologiste ou anticapitaliste ?

GAUVAIN SERS : Un peu les deux ! Sans aucune morale, c’est un état des lieux plutôt alarmant de notre planète. Nous avons tous une part de responsabilité mais la situation s’est particulièrement dégradée ces dernières décennies. Cette chanson est une « photographie » composée en 2019. A ce sujet, je ne suis pas optimiste pour les prochaines générations. Il faut être conscient de l’épée de Damoclès qu’on à sur nos têtes tout en gardant espoir.

 

DIEGO : Tu as vécu dans la Creuse avant de rejoindre Paris ?

GAUVAIN SERS : Oui, j’ai fais mes études dans ce département avant de rejoindre Paris après le bac. A la campagne, il n’y a pas de différence de statut social entre les gens, une simplicité qui fait du bien au moral et que je retrouve régulièrement avec plaisir. 

65321951 10156700432148740 3265783786306011136 n

DIEGO : En parlant de la capitale, qu’aimes-tu à Paris ?

GAUVAIN SERS : La culture ! Tu as 100 concerts différents tous les soirs… j’aime les terrasses, les brasseries, la beauté de la ville. Je déteste la cruauté et le fossé qu’il peut y avoir entre les gens. 

DIEGO : Et comme dans ta chanson, Paris est plus jolie vue des toits ?

GAUVAIN SERS : C’est le sentiment que j’ai eu en arrivant à Paris. Je suis tombé amoureux de ce paysage qui nourrit les rêves. Tout y est possible. En rapport avec ma composition, Paris est plus beau lorsqu’on est en hauteur (NdA : chanson « Les Toits De Paris« ). Plus jeune, je logeais dans une chambre de bonne avec une vue imprenable sur cette mer d’ardoises bleues. 

 

DIEGO : Après Paris parlons de la France. « La France Des Gens Qui Passent« , chanson de ton dernier album. C’est un titre optimiste ou pessimiste ?

GAUVAIN SERS : C’est un mélange des deux. Une chanson qui rappelle que certaines petites choses sont belles mais qu’elles sont parfois vite rattrapées par l’injustice. Un jour tout est beau avec du soleil et des amis, le lendemain le monde s’écroule. Le quotidien de pas mal de concitoyens. 

 

DIEGO : A 31 ans tu as toute la vie devant toi. L’avenir t’inquiète ?

GAUVAIN SERS : Non. J’ai un fond d’optimisme en moi. Malgré les sujets abordés qui peuvent être grave, je m’arrange pour que la pièce retombe toujours du bon côté. L’avenir ne me fait pas peur, avançons en touchant du bois ! 

 

DIEGO : Tu aimerais travailler avec certains artistes ?

GAUVAIN SERS : Evidemment il y en a beaucoup mais si je devais en choisir un, ce serait ALAIN SOUCHON. Cela me ferait énormément plaisir de collaborer avec lui.

DIEGO : Le message est passé ! Et tu n’as jamais pensé à RAPHAEL car je trouve que vos univers correspondent ?

GAUVAIN SERS : J’aime beaucoup RAPHAEL. Peut-être un jour car cet artiste me touche… c’est une bonne idée, merci DIEGO !

DIEGO : Plus sérieusement et sur un sujet grave. Tu as écrit un poème en hommage à SAMUEL PATY. Comment peut-on s’habituer a cette « pire barbarie » dixit ton texte ?

GAUVAIN SERS : J’espère que jamais nous nous habituerons à ça ! La première fois c’est le choc, l’horrible surprise. Après la répétition des actes évite la surprise… la nature humaine est ainsi. Mon texte tend à contrecarrer l’habitude de la barbarie. Une cruauté sans nom alors qu’il représentait l’engagement d’un professeur d’histoire. Ce poème a été lu lors de la cérémonie hommage à La Sorbonne. 

 

DIEGO : Nous allons finir cette interview sur une touche plus optimiste. Que réserves-tu aux spectateurs qui viendront d’applaudir la semaine prochaine à Bordeaux ? Tu t’amuses à faire des reprises ?

GAUVAIN SERS : Un mélange de chansons des trois albums avec une mise en scène permettant la proximité. J’essaie d’être généreux et j’aime échanger avec le public. Je ne fais plus de reprise sur cette tournée, j’ai assez de chansons personnelles. Plus tard peut-être… 

 

DIEGO : Dernière question, le concert qui a marqué ta vie ?

GAUVAIN SERS : PAUL MC CARTNEY à l’Arena de Nanterre. Un concert assez récent, j’ai adoré entendre les BEATLES et j’ai pris une grosse claque. 

DIEGO : Merci GAUVAIN, à bientôt sur scène et en tournée dans toute la France ! 

GAUVAIN SERS : Salut DIEGO !

  • Remerciements : Nina & Pia de l’agence SUZETTE 
  • Photos : Franck Loriou Photography / Guilhem Canal Photographer sur la page officielle de l’artiste 
  • Relecture : Florence R.

Chanson Française En tournée Interview Les Interviews de MeL Webzine - Musiques en Live , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲