Menu

INTERVIEW MANUSCRITE #81 – THÉO CHARAF @ DIEGO ON THE ROCKS

INTERVIEW DE THÉO CHARAF PAR DIEGO*ON*THE*ROCKS

A 27 ans, Théo Charaf joue de la guitare et chante avec le supplément d’âme de ceux qui le font pour les bonnes raisons, pour s’exprimer et passer un flambeau qui réchauffe, plutôt que par imitation. A l’occasion de la sortie de son premier album éponyme solo, l’artiste a accepté de répondre aux questions de Diego pour Musiques En Live.

DIEGO : Peux-tu te présenter pour les novices alors qu’est sorti fin janvier ton premier album solo ?

THÉO CHARAF : Je suis un mec de 27 ans originaire de Lyon qui se débrouille pour survivre et se décharge de son surplus émotionnel en musique. 

DIEGO : Comment passe t’on de barman à chanteur ?

THÉO CHARAF : C’est l’inverse ! J’ai toujours voulu faire de la musique et les temps étant difficiles, il faut bien trouver un job pour subvenir à ses besoins. Voilà pourquoi j’ai été barman pendant 10 ans. Comme beaucoup d’artistes d’ailleurs qui ont des boulots occasionnels…

DIEGO :  Tes groupes précédents étaient punks et tu sors un album 100 % folk. Comment s’est passée cette transformation ?

THÉO CHARAF :  Je fais toujours du punk dans plusieurs groupes ! D’ailleurs il y a un an j’étais en Amérique avec l’un d’entre-eux. J’ai souvent joué sur deux tableaux car j’ai appris la guitare en autodidacte permettant d’alimenter mon côté fan des 70’s. En rencontrant des gens, j’ai joué avec LES BARNEURS du punk tout en continuant mon apprentissage solo, sans le dévoiler. 

DIEGO :  Ce disque est un mélange de titres personnels et de reprises. Comment as-tu choisi ces covers ?

THÉO CHARAF : Au fur et à mesure ces chansons ont une histoire me concernant. Par exemple en écoutant une playlist aléatoire, « Devil Got My Woman » m’a éclaté à la tronche et sa spiritualité m’a saisie au point de la réécouter en boucle pour ré-orienter ma musique. Ceci m’a poussé à découvrir SKIP JAMES avec entre autre « Hard Time Killing Floor » qui me rappelle le décès d’un proche. Des petits morceaux qui deviennent ta vie. Celui de TOWNES VAN ZANDT (« Waiting Around To Die« ), c’est par un pur hasard que je l’ai découvert, cela m’a touché qu’un ami pleure à chaudes larmes en l’écoutant. Ensuite le morceau de DYLAN (« Oh Sister« ) est un duo que je souhaitais absolument enregistrer. En fin de compte, je l’ai enregistré avec la fille d’un copain ingénieur du son, LÉNA BESSENAY. En quelques essais, le morceau était dans la boite. 

DIEGO :  D’ailleurs je te félicite pour la version de « Hard Time Killing Floor Blues« , simplement superbe !

THÉO CHARAF : Merci ! Tu n’es pas le premier à me le dire et c’est ma préférée de l’album.

DIEGO :  N’y a t’il pas un côté CALVIN RUSSELL dans cette version ?

THÉO CHARAF : Malheureusement je ne connais pas assez CALVIN RUSSELL. Mais la comparaison est flatteuse car on m’en a déjà parlé.

DIEGO :  N’as tu pas écouté BRUCE SPRINGSTEEN période « Nebraska » qui date de 1982 avant de composer ton album ?

THÉO CHARAF : Je l’ai écouté mais n’ai pas de souvenir réel. Je ne suis pas nécessairement fan de SPRINGSTEEN même si je reconnais la légende musicale. 

DIEGO :  Concernant tes chansons, d’où vient l’inspiration ?

THÉO CHARAF : C’est très cathartique et je m’inspire de ma vie. Je ne peux pas provoquer la composition, peut-être en me bridant moi-même pensant que cela ne plaira pas. Les morceaux sur cet album devaient sortir car ils ont tous une histoire. Je ne veux pas la jouer « poète maudit » ou type « touché par la grâce » mais l’histoire de ces compositions est bien plus glauque qu’on l’imagine. Je suis seul dans mon HLM depuis très longtemps entendant les gamins du dessus qui font du boucan et lassé d’un taf qui me fatigue. Le déclencheur est là… il faut qu’il se passe quelque chose… soit je boxe, soit je chante ! (rires)

DIEGO :  Et c’est chiant de jouer de la guitare si tu t’abimes les mains en boxant ! (rires) 

Autre sujet, le clip de « Vampire » est né comment ?

THÉO CHARAF : C’est VINCENT STAUB qui l’a réalisé. Connu par l’intermédiaire d’un ami, la rencontre s’est bien passée et j’ai trouvé Vincent très détendu et cool. Le but était simple : que le clip nous plaise.

DIEGO :  C’était évident que « Vampire » devait être le premier clip de l’album ?

THÉO CHARAF : Pas forcément. Le choix est toujours difficile mais ce titre ressortait des premières écoutes. J’ai suivi les conseils de WITA RECORDS, ma maison de disques. Après ce titre est différent de « Going Down » même s’il reste dans les graves. Je suis stupéfait par l’accueil qu’a obtenu mon disque depuis sa sortie. Une belle surprise. 

DIEGO :  Un accueil mérité ! D’ailleurs on peut supposer qu’une reprise pourrait être prochainement clippée ?

THÉO CHARAF : Tu le sais déjà ! 

DIEGO :  C’est clair, « Hard Time Killing Floor Blues » est une évidence ! D’ailleurs j’aime beaucoup la pochette de ton album, un petit hommage à CROSBY STILL NASH AND YOUNG ou CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL ?

THÉO CHARAF : Carrément ! C’est JEAN LUC NAVETTE qui m’a sorti de ma bulle. Son univers est proche du mien. Nous aimons tous les blues, NEIL YOUNG et d’autres artistes… 

DIEGO :  Cette photo a été prise où ?

THÉO CHARAF : C’est une photo prise en tournée aux Etats-Unis. Dans le nord de la côte ouest, peut-être l’Oregon. Des bandes jaunes, des arbres à perte de vue, un lieu ultra relaxant loin de la grande ville. Je kiffe le calme des grands espaces et de la nature.

DIEGO :  Comment as-tu rencontré Eric d’ AUTOMATIC CITY ?

THÉO CHARAF : Eric et Manu étaient présents à mon premier concert et ont senti qu’il serait cool de me signer.

DIEGO : As-tu un souvenir particulier d’un artiste que tu aies vu en concert ?

THÉO CHARAF : J’en ai vu beaucoup surtout en étant barman dans une salle ! Aux nuits de Fourvière, BEN HARPER m’avait surpris alors que je ne l’écoute pas habituellement. Il a fait un boeuf imprévu avec l’un des guitaristes de BOB DYLAN. Ils ont joué « No Quarter » de LED ZEPPELIN, un moment magique. CHARLIE SEXTON a fait un solo digne de TEN YEARS AFTER !

DIEGO :  J’imagine surtout dans le Théatre Antique de Vienne… merci Théo pour cette interview. On se voit bientôt en concert sur Bordeaux ?

THÉO CHARAF : Pas de problème ! A bientôt Diego.

    • Remerciements : Marina Daviaud
    • Photos : Sarah Fouassier
    • Relecture : Jacky G.

Les Interviews de MeL Pop Webzine - Musiques en Live , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲