Menu

INTERVIEW MANUSCRITE #79 – JACQUES VENERUSO @ DIEGO ON THE ROCKS

INTERVIEW DE JACQUES VENERUSO PAR DIEGO*ON*THE*ROCKS

Jacques Veneruso est un auteur/compositeur/musicien qui a travaillé avec Jean Jacques Goldman, Céline Dion, Florent Pagny, Michel Sardou, Johnny Hallyday et Patrick Fiori. L’ancien membre du groupe CANADA a accepté de répondre aux questions de Diego pour relater l’activité stagnante actuelle et ses nombreuses collaborations prestigieuses. Le point d’orgue de sa carrière est probablement la victoire de la musique obtenue pour le titre “Sous Le Vent” en 2002.

DIEGO :  Quels sont vos projets dans cette période particulière ?

JACQUES VENERUSO : Pour l’instant il est difficile d’avoir des projets concrets. Néanmoins je continue des collaborations entamées avant la pandémie avec le Québec et des artistes peu connus en France. Il y a également l’éventualité d’un nouvel album de Céline Dion. L’impact de la COVID oblige les compositeurs à écrire et composer à la maison sans produire de disque. On espère sincèrement que ce début d’année sera meilleur.

DIEGO :  Retour en arrière, en 1987 sort “Mourir Les Sirènes” de CANADA. Quels souvenirs en gardez-vous ?

JACQUES VENERUSO : Une bande de copains venant de Marseille et qui montent à Paris pour tenter l’aventure. Entre 17 et 20 ans tout est possible et cette tentative est la bonne. La chanson s’installe en radio puis chez les gens nous permettant d’avoir un succès notable. C’est aussi le point de départ de connaissances dans le milieu artistique qui me suivront toute ma carrière. 

DIEGO :  Et 40 ans plus tard il n’y a jamais eu d’album solo de Jacques Veneruso ?

JACQUES VENERUSO : Non mais je suis un écrivain et les interprètes avec lesquels j’ai travaillé sont bons. J’assure souvent les choeurs et mes collaborations sont exceptionnelles donc je préfère rester à ma place. Sortir un album pour sortir un album n’a aucun intérêt. 

DIEGO :  Vous préférez travailler en groupe ou seul ?

JACQUES VENERUSO : Initialement, on travaille toujours seul. Après on partage avec l’interprète, les musiciens puis le public. C’est le but d’un titre, entrer dans le coeur des gens par l’émotion, la fête ou l’efficacité.

DIEGO : Y’a t’il un titre qui aurait été plus difficile à écrire ou produire que les autres ?

JACQUES VENERUSO : Je n’ai pas d’exemple précis mais j’ai toujours l’impression de peiner lorsque j’écris une chanson, comme si je n’arriverais pas à trouver une suite. On redémarre à zéro, comme un sculpteur ou un peintre. Certains titres se composent en quelques minutes, d’autres en plusieurs mois. Il n’y a pas de recette miracle.  Les rapports humains sont le plus important. Nous travaillons en famille et la fidélité est primordiale. 

DIEGO :  Vous avez bossé sur “Lorada” de Johnny Hallyday en 1995. Etait-il fidèle à sa légende du “Monsieur une prise” pour enregistrer une chanson ?

JACQUES VENERUSO : Oui. Cet album fut difficile à mettre en place car le concept initial était d’enregistrer chez lui à Ramatuelle près de Saint Tropez. Johnny n’était pas au top dans sa vie privée. Il fallait gérer ça malgré son énorme gentillesse. Lors des enregistrements sur la Côte d’Azur, il n’était pas complètement disponible car son esprit était ailleurs, par contre à Paris en studio ce fut exceptionnel. Nous étions les “petits nouveaux” (mais anciens de CANADA) alors que Jean Jacques Goldman avait déjà collaboré avec l’artiste sur “Gang“. Jean Jacques a fait l’intermédiaire pour nous mettre à l’aise. Lorsque Johnny se met derrière le micro, il envoie toute la sauce et déploie une machine qui devient une autoroute. En une seconde, tes mots deviennent une chanson de Johnny.

DIEGO :  Autre privilège, votre collaboration avec Céline Dion. Comment sont venus les mots de la chanson “Parler à Mon Père” ?

JACQUES VENERUSO : J’avais déjà écrit des chansons pour elle. Je connaissais son père et, comme le mien, il venait d’un milieu populaire. Récemment décédé, c’était délicat de proposer ce genre de composition. En l’écrivant, j’ai pensé au mien. Elle fut très touchée par ce texte.

DIEGO :  Est-ce une demande de Céline de composer un titre sur son père ?

JACQUES VENERUSO : J’écris souvent comme si c’était pour moi. Les artistes qui me connaissent savent que nous avons des univers communs. Lorsqu’on retravaille avec quelqu’un c’est que généralement la première fois fut positive.

DIEGO :  Tout le monde attend le retour de Jean Jacques Goldman désormais improbable en 2021. Pourquoi n’a t’il jamais eu l’idée d’un (vrai) disque à deux avec Céline avec une tournée commune ?

JACQUES VENERUSO : Ils ont fait quelques duos mais jamais d’album. Pour moi Jean Jacques ne reviendra jamais. Il est bien dans sa vie actuelle et le temps passe vite. Je l’ai eu récemment par texto pour son anniversaire, il m’a répondu qu’il aurait 70 ans en 2021 !

DIEGO :  Ses musiciens et collaborateurs ne trouveront pas le moyen de le faire sortir de sa retraite ?

JACQUES VENERUSO : Il l’aurait fait avant ! Il aime composer pour les autres mais il doit sentir qu’il apporte quelque chose. Pour la chanson “Encore Un Soir” suite à la disparition de René, c’est Céline qui lui a demandé… à chaque nouveau disque elle lui demande des chansons ! Cela peut arriver pour les artistes qu’il aime, mais je ne pense pas qu’il réécrira pour lui-même. 

DIEGO :  Il bosse pour Patrick Fiori, comme vous d’ailleurs !

JACQUES VENERUSO : Oui.

  

DIEGO :  Votre victoire de la musique en 2002 pour la chanson “Sous Le Vent” chantée par Garou et Céline Dion n’est-elle pas la plus belle des récompenses pour un compositeur ?

JACQUES VENERUSO : Ça fait plaisir surtout qu’à l’époque les victoires signifiaient quelque chose… ce n’était pas une caricature. Garou avait demandé à partager cette récompense et lors de l’enregistrement de l’émission, Céline n’était pas disponible. Il m’a demandé de la chanter avec lui et nous avons ouvert l’émission tous les deux avec ce titre. A cet instant nous ne savions pas que nous serions récompensés. Néanmoins la plus belle victoire est que cette chanson fasse encore parler d’elle 20 ans après. Elle apparait dans le film “Les Crevettes Pailletées” sorti en 2019. Ce titre est entré dans le coeur des gens tout en étant un des duos préférés des Français. J’ai eu beaucoup d’émotion lorsque Garou et Céline ont chanté ce morceau à Bercy.

DIEGO :  Un autre artiste avec qui vous avez travaillé, Michel Sardou. Il avoue de lui-même être un peu “con” si je peux me permettre. Est-il difficile dans le travail ?

JACQUES VENERUSO : Il a aussi laisser entendre qu’il était un peu moins “con” ces dernières années qu’il y a quelques décennies ! (rires)

Il a du caractère et j’aime les fortes personnalités. Nous nous sommes rencontrés par l’intermédiaire de Robert Goldman et nos origines du sud nous ont rapprochés. Michel Sardou a un côté attachant et même s’il provoque des réactions en haussant le ton, c’est dans un but perfectionniste. Par contre, il reconnaitra ses erreurs si c’est le cas. C’est assez rare chez les artistes… son égo n’est pas surdimensionné et c’est pour cela que nous avons travaillé ensemble sur 5 albums durant 15 ans. J’ai même monté une équipe de tournée pour lui. J’ai fait l’intégralité de sa “Dernière Danse” en 2018 à sa demande avec 31 musiciens. Une des plus belles carrières de la chanson Française.

DIEGO :  C’est ce qui me déçoit chez Jean Jacques Goldman, une “dernière” tournée pour un au revoir qui n’aura jamais lieu !

JACQUES VENERUSO : Je le comprends très bien mais cela fait partie de sa personnalité. Il est unique. Brel n’a pas fait d’adieux également. Jean Jacques qui adore son public ne veut pas créer de dépendance. Il est pudique. Je ne le revois pas refaire un album, c’est juste mon avis. Il ne ferait pas de disque sans tournée même si l’attente est énorme.

DIEGO : Deux artistes avec qui vous avez collaboré vont prochainement reprendre la route : Florent Pagny et Yannick Noah. Vous pourriez remonter sur les planches avec eux  ?

JACQUES VENERUSO : Florent marque le début de ma carrière “après CANADA“, nous n’avons plus collaboré depuis longtemps. Quant à lui, Yannick est mon ami proche. Dans les temps à venir, il n’est pas impossible que je retravaille avec lui. 

DIEGO :  Quels sont les artistes que vous n’avez pas rencontrés ?

JACQUES VENERUSO : J’ai bossé avec beaucoup de gens que j’aime. La jeunesse actuelle est auteur/compositeur/interprète et n’a pas besoin de moi ! J’aurais aimé bosser avec Souchon, Voulzy et Cabrel plus que de simples rencontres. 

DIEGO :  Pour finir, quel souvenir gardez-vous de Carole Fredericks ?

JACQUES VENERUSO : Actuellement je suis assis dans mon studio et devant moi j’ai une photo d’elle ! La chanteuse était exceptionnelle. Je l’ai connue en tant que choriste avec Jean Jacques Goldman à l’époque où nous faisions les premières parties de l’artiste avec CANADA en 1988. Ensuite j’ai eu l’honneur de lui faire deux albums dont un à New York en blues/gospel. Un instant magique. Nous avons également réalisé un album en Français incluant un duo avec les POETIC LOVERS qui a eu son succès. Carole était une amie, une soeur. Lors de son décès en 2001 j’ai regretté ne pas être à ses côtés. C’est la plus belle voix blues avec laquelle j’ai travaillé.

DIEGO :  Et une voix incroyable sur scène ! Merci pour cette interview et à bientôt Jacques.

JACQUES VENERUSO : Merci Diego, à bientôt.  

    • Remerciements : Jacques Veneruso
    • Page facebook : @JacquesVenerusoOfficiel
    • Relecture : Jacky G.

Chanson Française Les Interviews de MeL Webzine - Musiques en Live , , , , , , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲