Menu

COVID-19 – Et si on continuait de sauver des vies ?

A l’heure où de nouveaux foyers épidémiologique réapparaissent ici et là (Israël, Espagne, Allemagne, France…) et où il est devenu obligatoire de porter le masque dans les lieux clos de l’hexagone, il semblerait que certaines personnes marquent leurs réticences à se sécuriser comme à protéger les autres. Le bilan de ces derniers jours culminait à 667.000 décès au niveau mondial mais surtout à plus de 1000 contaminations journalières en France. Respecter scrupuleusement les gestes barrières et le port du masque dans les situations à risque semblent être néanmoins les mesures les plus efficaces pour enrailler la contagion de l’épidémie et éviter une nouvelle vague. Ainsi qu’un nouveau confinement à la rentrée. Est-il inconvenant de penser que ne pas respecter ces mesures engage notre responsabilité ?

Le gouvernement a choisi dernièrement par la voix de ses représentants de ne pas stigmatiser ni culpabiliser mais de préconiser la responsabilité de chacun d’entre nous. C’est beau c’est noble et surtout, au regard des débordements récents (Quiberon, Saint Tropez…), cela sera sans doute très efficace.

Depuis quelques jours, nombreux médecins et autres intervenants du corps médical insistent pourtant sur l’absolue nécessité de respecter les mesures de sécurité. Le docteur Patrick Pelloux notamment explique que dans le cadre d’un respect réciproque du port du masque, des gestes barrières et de la distanciation sociale le risque de contagion se réduit à 1%.

Malgré cela, on a pu entendre également, au nom de prétendus droits perdus certains commentateurs, (chroniqueurs médiatiques, vacanciers, citadins…) exprimer dans leurs réactions une hostilité parfois agressive aux mesures imposées mais de quelles libertés parle t-on ? Certains, donc semble encore privilégier dans leurs discours télévisés, leurs libertés personnelles de ne pas porter le masque en assumant consciemment de risquer de contaminer leurs concitoyens. Si une personne informée de sa séropositivité transmettant le VIH à un partenaire, est pénalement responsable, quand est il de la possibilité de transmettre consciemment la COVID-19 à des personne à risques létales ? Bien sur on n’interdit pas la circulation automobile pour éviter les collisions routières mais le port de la ceinture obligatoire et aujourd’hui communément accepté pour minimiser la gravité des accidents. “Uti non abuti” préconisait un ancien adage. Il semblerait néanmoins que certaines personnes soient plus prompt à vouloir abuser de leurs droits que de leurs devoirs.

Nous vivons en société dans le cadre d’un contrat social qui nous impose la liberté des autres comme limite à notre propre liberté. Si le droit de se donner la mort est reconnu depuis 1810, le droit à contaminer autrui me semble toujours être judiciairement répréhensible. Dans le cadre du contrat social qui nous lie, nous acceptons de renoncer en toute réciprocité à certaines libertés, notamment à celles de nuire à nos concitoyens. Les contempteurs ont pu également arguer du fait qu’au lieu d’imposer le port du masque, il aurait été plus légitime de se baser sur le sens de la responsabilité des individus. Malheureusement il semblerait qu’on ne puisse se fier aujourd’hui au bon vouloir et à l’entendement pour éviter des catastrophes. Un exemple parmi d’autres : une ambulancière me rapportait une discussion récente avec son fils de 41 ans réfractaire au port du masque obligatoire et dont l’argument principal était qu’étant donné son âge il ne se sentait pas concerné par (la gravité de) la contagion. A l’argument qu’il pourrait contaminer des personnes plus âgées, il lui répondait qu’il s’en fichait et “qu’elles n’avaient qu’a prendre leurs précautions”.

Autre exemple, une aide soignante dans un supermarché – témoin de la scène suivante : une femme relevant son masque pour manger quelques cerises avant de recracher les noyaux dans sa main puis de toucher d’autres fruits alentour… Une infirmière de l’hôpital Pelegrin me rapporte ce matin (28/07/2020) que lors d’un déplacement dans un magasin de bricolage girondin en fin de semaine dernière, elle a pu remarquer que la plupart des clients ne respectaient absolument pas les consignes préconisées pour la protection de tous. Difficile au vu d’exemple de ce type de se fier au seul sens de la responsabilité. Avons nous déjà oublié ces soignants (médecins, infirmières…) qui nous ont accueillis et sont parfois décédés en se sacrifiant pour nous soigner et nous sauver ?

Non, agent Smith, bien qu’en “expansion” démographique (2.5 mill. d’habitants en 1950 – 7.5 mill. en 2020) l’être humain est meilleur qu’un virus et quelque soit son âge il saura vous le démontrer…

Et si nous décidions de renoncer à devoir nous reconfiner? Si l’on considère qu’avoir le sens des responsabilités consiste à assumer pleinement les conséquences de ses actes, lorsqu’ils sont pris en toute conscience, pourrait on supposer que le fait de contracter le virus par inconséquence puisse les exposer aux conséquences de notre acte. Est-on en droit de s’interroger sur l’éventuelle responsabilité de certaines figures médiatiques critiquant les mesures de sécurité en tant que mauvais exemple à suivre.

Je me suis permis d’interroger, dans le cadre des établissements hospitaliers que je fréquente actuellement à mon corps défendant, certains membres du personnel soignant (médecins, infirmières, aide soignantes…) sur la nécessité des mesures actuelles et je peux vous assurer que toutes ces personnes que vous applaudissiez peut être chaque soir à 20h lors du confinement vous enjoignent aujourd’hui à continuer de faire preuve de solidarité. Merci aux soignants de l’Hôpital Pellegrin et de la Tour de Gassies pour leur dévouement, gentillesse et disponibilité ….

Alors que les clusters, nombre de personnes contaminées ainsi que le nombre de décès augmentent en France, bien que le ministre Olivier Véran recommande depuis peu le port du masque dans la rue lorsque cela semble nécessaire. L’OMS reconnait depuis peu un risque de contamination notamment en lieu ouvert, dans les zones à fortes densités et une centaine de villes en France impose déjà le port du masque obligatoire en extérieur, dans les rues ou sur les marchés. Est il inconvenant d’associer comme l’écrivait le philosophe indien Krishnamurti la liberté à la responsabilité ?

Il est reconnu aujourd’hui que lorsqu’un arbre a été scié ou endommagé, les arbres alentour développent leurs racines pour se connecter à lui et tenter de le nourrir. Il n’y a pas que les humains qui savent oser la fraternité et la solidarité. De nouveau et pour éviter à partir de septembre un nouveau confinement général sauront nous retrouver cette solidarité et responsabilité ?

Et si on continuait de sauver des vies ?

 

Pour toutes informations concernant la COVID-19: 0 800 130 000 (numéro vert gratuit)

J.claude Boisnier

Articles Non classé Webzine - Musiques en Live

Return to Top ▲Return to Top ▲