Menu

CONFÉRENCE DE PRESSE COGNAC BLUES PASSIONS 2019

Ça y est, le 4 avril dernier, l’équipe de Cognac Blues Passions organisait sa soirée de présentation de la 26ème édition du festival phare de nos débuts d’été, qui se tiendra donc du 4 au 8 juillet 2019.
Et oui, cela fera bientôt un an que nous les attendons et voici qu’elles arrivent, les longues nuits brûlantes et vibrantes de la saison chaude. C’est bien ce que nous ont fait miroiter les belles images et les belles personnes présentes sur la scène ce soir-là.

La salle est pleine d’habitués, de connaisseurs et de curieux en tous genres. On démarre alors avec la projection de la bande annonce 2019, un défilé de souvenirs capturés lors de l’édition précédente ; qui célébrait, rappelons-le, le 25ème anniversaire du festival. C’est donc beaucoup d’émotions qui passent dans la salle du Castel de Châteaubernard. Comme chacun le fera tout au long de la soirée, la vidéo appuie sur le côté festif, convivial, l’esprit de partage, sur l’ambiance générale toujours chaleureuse et enivrante. Sur fond musical, on y voit les artistes qui nous ont enchantés et les places fortes que nous redécouvriront bientôt, comme les rues de Cognac où l’on peut déambuler tout au long de la journée, butinant d’une animation à une autre. Ce sont plusieurs minutes de sons et de couleurs envoûtantes qui impriment nos rétines et nos esprits.

Après une courte pause de remerciements, on enchaîne déjà avec un interlude musical, on est sûrs qu’on ne vient pas nous présenter un festival de l’automobile. C’est donc Mister Mat, du duo Mountain Men notamment, qui a l’honneur, non sans une certaine pression, de nous interpréter deux chansons en guitare-voix. Il enchaîne les accords sur cet instrument dont il a la maîtrise. La deuxième chanson est un hommage à un ami décédé, écrit pour les parents de ce dernier ; c’est donc avec ces paroles touchantes que le musicien laisse la place à des mots non chantés.

On entendra d’abord la Vice Présidente, Andrée Lacour, qui excuse et remplit l’absence de Mme la Présidente Catherine Mattéi, pour raisons médicales. On lui souhaite donc ici un bon rétablissement, et de pouvoir assister en pleine forme à cette édition qu’elle a tant préparée. On retiendra du discours de sa porte-parole que la préparation n’est jamais de tout repos, notamment avec une concurrence toujours plus rude, mais que l’équipe est fière de pouvoir continuer à nous présenter un festival des plus chaleureux, et une programmation toujours aussi alléchante. Elle ne manque pas de remercier les organisateurs, les bénévoles, les artistes, les partenaires encore plus nombreux cette année, et bien sûr tous ceux présents ce soir et tous ceux qui ont été et seront présents à Cognac.
Elle laisse alors la parole au Directeur et Programmateur Michel Rolland. Lui aussi distribue les remerciements, notamment à « des femmes et des hommes engagés », et aux nouveaux artistes de cette édition. Il présente ensuite les projets de cette année 2019, et cite ainsi le projet musical Griot Blues, rencontre entre le Blues de l’américain Mighty Mo Rodgers et les traditions du malien Baba Sissoko. Les enfants pourront aussi avoir leur propre animation avec des « récits musicaux » qui prendront place le dimanche et le lundi à 10h. Le mot d’ordre est donc que le festival se doit d’être au goût du jour tout en gardant son « ADN » si particulier et son attachement au blues, au jazz et à la folk. La nouvelle malheureuse de la soirée est l’annulation toute fraîche de la venue de Macy Gray, un appel reçu la veille au soir par le programmateur du Festival lui a ainsi appris la nouvelle.
Il finit par introduire la suite de la présentation : ce sont 15 personnalités (r)attachées au monde musical, des organisateurs aux artistes en passant par des journalistes, qui vont se relayer pour nous parler, à leur manière, d’un artiste chacun que nous pourront écouter à Cognac cet été. Un court extrait montrant un exemple de prestation de l’artiste suivra à chaque fois les mots séduisants de chacun. Ainsi, dans l’ordre de présentation :

Thomas Dutronc et Les Esprits Manouches, on nous vend du rêve avec des mots poétiques et imagés, on en sent déjà la chaleur qui s’invite. Puis la carrière de l’artiste, un ‘fils de’ qui ne l’est pas, nous est rappelée avec admiration, c’est un très bon guitariste comme un très bon chanteur, qu’on a hâte de découvrir au milieu de sa troupe, le 4 juillet, premier jour du festival, sur la scène de l’Ile Madame à Jarnac.
J.S. Ondara va nous « émouvoir », ce très jeune homme, originaire du Kenya, s’initie à la Folk avec le superbe album Freewheelin’ Bob Dylan et déménage à Minneapolis où sa carrière débute grâce à Internet. Ce jeune auteur, compositeur et chanteur est un des coups de coeur du festival et se produira donc en soirée, au jardin, le vendredi 5 dès 19h.
Rickie Lee Jones n’a pas besoin de longue présentation, elle fait partie de notre cher univers blues-folk et jazz depuis bientôt 40 ans. Enfant américaine de la Beat Generation, sa musique se construit au fil de ses voyages et s’organise ainsi comme un patchwork harmonieux. Pour pouvoir voir le monde à travers vos oreilles, retrouvez cette incroyable artiste au jardin, le 5 à 21h45.
Tower of Power nous offre un funk réputé depuis 50 ans et 17 albums. Mélangé au jazz, à la soul et au rock, l’ensemble créé est unique. Leur musique est lumineuse et celui qui nous les présente ne manque pas un trait d’humour sur l’impossibilité de les écouter tout en étant de mauvaise humeur. Leur énergie incroyable pourra vous transpercer, toujours au jardin, le 5, à 22h45.
Supertramp’s Rodger Hodgson nous est présenté par une fan, elle le dit, on le sait, Supertramp, c’est « génial » ! C’est ainsi l’un des leaders du groupe qui nous fera l’immense honneur de sa présence. Pour écouter des hymnes cultes et un artiste culte, rendez-vous le 6 à 20h15 au jardin.
Fantastic Negrito, classé parmi les coups de coeur, est atypique par son parcours, on nous lance ainsi d’aller nous « renseigner » sur cet homme de 51 ans, qui revient sur la scène musicale après un long coma. Présentant un mélange de genres étourdissant, l’extrait semble beaucoup trop court tant le rythme qui s’abat sur la salle fait vibrer les esprits. Pour retrouver cette sensation, on attendra le 6 à 21h45 au jardin.
Garbage ont maintenant plus de 20 ans, mais ils reviennent encore, toujours aussi survoltés. La présentation insiste sur la chanteuse écossaise, qui accroche le regard et sait se démener sur scène. Nos sens tremblent déjà à l’idée de cette prestation à découvrir le 6 à 22h45 au jardin.
Kaz Hawkins est le bijou de cette édition, comme de la précédente. Pour ceux qui ne connaissent pas, empressez vous de l’écouter. Une voix puissante et des interprétations touchantes accompagnées simplement par un piano et une présence divine. La surprise est la création exclusive « Memories of Etta » qui ne sera visible que ce soir-là à Cognac, le 6 à 00h15 au jardin. Elle sera aussi le 5 juillet au Château à 14h30.
Terry Harmonica Bean est présenté comme un « diamant noir », une pépite, interprétant un blues lumineux et de qualité. Le seul extrait trouvable est malheureusement de mauvaise qualité mais cela ne fait qu’augmenter la hâte de le voir en vrai au jardin le 6 à 14h30.
Bernard Lavilliers change de genre pour son vingt-et-unième album dans lequel il reprend des textes. Sa présentation se concentre sur son militantisme sur, par exemple, les sujets des Amérindiens, des migrants ou des luttes étudiantes. À voir le 7 au jardin à partir de 20h30.
Véronique Sanson, chanteuse française à la renommée planétaire, revient après quelques soucis de santé. Pour retrouver sa voix légendaire, venez après Lavilliers le 7, toujours au jardin et à 22h30.
Catfish est un duo fille-garçon, gros coup de coeur du Directeur, dont la chanteuse présente une voix éraillée, qui accompagne parfaitement un rock folk semblable à celui des Black Keys. Un live énergique et subtil pourra sans doute vous étonner à 16h, au jardin, le lundi 8.
Tom Odell a d’abord sorti un EP de 4 titres en 2012 pour devenir un « mini prince de la pop anglaise » dont les chansons dépeignent le plus souvent des peines de coeur. Il est dit très fort en live et l’on pourra donc s’en rendre compte le 8 à 19h sur l’Avenue du Blues, en ville.
Isaya est un duo de femmes, lauréates du Prix Cognac Passions de 2018. Chanteuses de folk envoûtantes, elles sont présentes sur scène et nous ont précédemment présenté un artiste chacune. Elles ont alors droit à l’interprétation live de deux de leurs chansons : la salle est séduite par le mélange de ces deux voix. On a hâte de les retrouver encore cette année, elles seront à 20h15 au jardin pour le 8.
• Enfin, last but not least, Toto, qui n’ont sans doute pas besoin de présentation, on s’étonne de retrouver là le groupe de pop américaine, vieux de 40 ans et 14 albums, mais un tel groupe ne peut que nous enchanter de sa présence, le 8 au jardin et à 22h45.

Au-delà de ces 15 artistes, ce sont plus de 90 concerts et donc 165 heures de musique, qui viendront enflammer notre semaine. Le parcours se fera au travers de 13 espaces scéniques, une scène Jam Sessions et le tout se clôturera sur une “boom électro”, nouveauté de 2019.
Celle-ci marque la transition sur toutes les autres nouveautés de cette édition.
Premièrement, grâce à l’application récemment développée pour le festival, ceux qui le désirent pourront se prêter au “géo-catching”, un parcours en ville qui aura lieu en juin et dont le but est de retrouver des affiches chez plus de 35 commerçants partenaires, avec un gros lot à la clé.
Un nouveau passeport a aussi été créé, appelé Pass à la carte, celui-ci permet de choisir plusieurs soirs qui ne seraient pas forcément à la suite. Il n’est cependant disponible que sur le site.
Il y a enfin la boutique du festival, ouverte depuis un an, 12 rue du 14 Juillet à Cognac, où l’on peut donc désormais acheter directement ses billets.
La présentation se termine avec l’Agenda des autres projets de l’équipe, que vous pourrez donc retrouver sur le site tout neuf de Cognac Blues Passions, où l’on peut aussi découvrir le travail graphique moderne de Zamak design.

Pour clôturer la soirée, le gros événement surprise est le petit concert offert par Kaz Hawkins. Entre deux chansons, elle remercie tout le monde et interprète If I can’t have you en duo avec son pianiste. Elle revient sur scène, après les applaudissements, pour une dernière interprétation, dédicacée à tous ceux en France qui vivent avec passion. On reste émerveillés par sa présence lumineuse, arrivée sur scène avec une tenue extravagante dont elle a l’art et qu’on a donc hâte de revoir dès juillet.

Vivement donc le 4 juillet pour l’ouverture du Cognac Blues Passions, dont toutes les informations sont à retrouver sur le site du festival. R.Laurine.

Découvrez la conférence en images grâce aux clichés de Denis Darotchetche pour Musiques en Live.

Return to Top ▲Return to Top ▲