Menu

INTERVIEW MANUSCRITE #67 – TRYO @ DIEGO ON THE ROCKS

INTERVIEW DE GUIZMO DU GROUPE TRYO PAR DIEGO*ON*THE*ROCKS

Alors que le concert festif prévu le 13 mars 2020 a été annulé au dernier moment pour cause de pandémie, TRYO a joué dans un Accord Hotel Arena Parisien étrangement vide pour le plaisir des fans branchés sur le web. GUIZMO a accepté de répondre aux questions de Diego pour Musiques En Live afin de relater son confinement, les concerts reportés (rendez-vous le 12 février 2021 à Bercy) et les XXV ans de son groupe, fer de lance du reggae Français actuel. Cette interview a été réalisée par téléphone en avril 2020.

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Nous avons tous les images de TRYO jouant dans un Bercy vide suite à l’annulation de votre concert. Quelle est la sensation pour un artiste de vivre de tels moments ?

GUIZMO (TRYO) : C’est bizarre car c’est tombé le jour où la salle devait être remplie! Nous avions travaillé avec tous nos invités et Bercy affichait complet… se retrouver à 4 dans l’arène donne une énergie un peu triste mais également plaisante car c’est le fondement de la musique. Un mélange de joie et de tristesse.

#038;modestbranding=1&rel=0&autohide=1&playsinline=1&autoplay=0" width="480" height="270">

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Un mot sur cette pandémie. L’impact sur la culture est énorme! Je pense au théâtre de rue…

GUIZMO (TRYO) : J’en parle régulièrement avec mes collègues de la musique, du théâtre et du spectacle vivant. La situation est catastrophique, les tournées sont arrêtées et financièrement cela va être très compliqué. Je pense aux intermittents du spectacle, techniciens, éclairagistes, ingénieurs du son, monteurs, cadreurs et autres… à l’inverse nous n’avons jamais vu autant de créativité sur les réseaux sociaux. Les gens ont envie de s’exprimer, comme une force vive culturelle.

Avec TRYO, nous faisons avancer notre répertoire pour nous occuper et donner du plaisir aux gens dans un confinement peu évident.

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Les hommes de l’ombre sont très importants! Espérons que la lumière reviendra vite. Il y avait un premier report du concert de Bercy prévu le 5 juin, finalement ce sera le 12 février 2021.

GUIZMO (TRYO) : Oui ce n’est pas évident. Les festivals d’été sont également compromis. Nous aurions aimé reprendre la route avec l’arrivée du soleil. Pourvu que ce confinement porte ses fruits et qu’une vie normale revienne vite!

DIEGO*ON*THE*ROCKS : 3 dates en novembre sont prévues à Paris (Palais des sports du 26 au 28). Une tournée suivra ?

GUIZMO (TRYO) : Oui. Nous sommes en train de prévoir une tournée sur la fin de l’année pour fêter nos 25 ans de carrière. Le spectacle de Bercy et ses invités sont prêts, par la suite nous voulons nous produire un maximum dans le pays pour fêter notre anniversaire.

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Comment sont choisis les invités, que ce soit pour les duos du disque anniversaire ou pour les concerts ?

GUIZMO (TRYO) : En fait nous avons établi une liste “idéale” des artistes avec lesquels nous avions collaborés en live ou studio. Ensuite nous avons demandé aux artistes en ciblant les chansons. Ils ont tous répondu présent et ont joué le jeu! Le simple disque initialement prévu est devenu double. C’était notre plus beau cadeau… avoir Souchon, M, Big Flo & Oli, Zaz, Ayo et toutes ces stars qui répondent présents à notre appel.

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Il y a des “grands absents” dans ce disque ?

GUIZMO (TRYO) : Oui, deux grands absents : Jacques Higelin qui aurait été avec grand coeur parmi nous. Egalement Maurane avec qui nous avions travaillé. Nous pensons fort à elle.

Pour les artistes toujours dans le circuit, je pense aux Ogres de Barback, Benabar et Jean Louis Aubert qui sont des gens qu’on adore. Ce n’est que partie remise!

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Pour la version revisitée de “L’hymne de Nos Campagnes“, n’est-ce-pas le moyen de passer le flambeau à une nouvelle génération ?

GUIZMO (TRYO) : Tout à fait! Nous voulions transmettre ce combat écologique que nous portons depuis 25 ans avec TRYO. “L’hymne de Nos Campagnes” version 2020 doit donner à ces jeunes voix talentueuses la possibilité de s’exprimer. La jeunesse actuelle souhaite un vrai changement de société avec un impact climatique. L’exemple du coronavirus conforte notre idée de protection de la planète, du besoin d’osmose avec la nature. Il faut arrêter de faire n’importe quoi. Pour nous c’est important que la jeunesse reprenne ce titre. Tous les artistes y ont mis du coeur. Une seconde vie pour ce morceau qui porte un message clair. Nous en sommes ravis.

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Dans l’avenir un deuxième album de reprises pourrait voir le jour comme en 2014 ?

GUIZMO (TRYO) : Pas dans l’immédiat. Le futur proche de TRYO sera composé par des chansons inédites. Avec ou sans invités mais l’idée est de produire un album de nouveautés et la situation actuelle aide! Entre nos enfants et nos anciens, on travaille… tout en respectant le confinement!

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Dans la carrière du groupe, un album a été plus difficile qu’un autre ?

GUIZMO (TRYO) : Chaque album est une nouvelle aventure. Difficile non, compliqué parfois car nous sommes quatre et travaillons à l’unanimité. Il y a un vrai travail d’écriture, de choix de titres et tant que nous aurons des choses à raconter en prenant du plaisir, ça continuera sans difficulté. Nous sommes optimistes, sans pression. Le public sent depuis 25 ans que l’osmose règne et que nos albums sont toujours des bons prétextes pour jouer sur scène.

DIEGO*ON*THE*ROCKS : La nature même de l’artiste musical! Etre sur scène! Le titre “Adulescent” n’est-il pas le plus représentatif de TRYO ?

GUIZMO (TRYO) : Nous l’aimons beaucoup. Il fait la transition entre le TRYO de 1995 et celui de 2020. Une vraie bande de potes soudés contents d’être ensemble. Nos valeurs sont communes et en regardant dans le rétroviseur, on se dit que le temps est passé très vite. Espérons que cela dure encore 25 ans! (rires)

#038;modestbranding=1&rel=0&autohide=1&playsinline=1&autoplay=0" width="480" height="270">

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Les projets solos sont importants pour évoluer en groupe ?

GUIZMO (TRYO) : Oui je le pense. Nous produisons des albums qui amènent des grosses tournées de 2 ou 3 ans, par conséquent il est nécessaire de respirer et de faire autre chose. Nos univers musicaux sont différents et variés, de la chanson Française au jazz en passant par le métal et le hip-hop. Personnellement j’ai récemment fait une tournée avec le Collectif 13 en 2019. Nous avons sorti un album avec les amis de La Rue Ketanou, Syrano, Massilia Sound System et du Pied de La Pompe. Je collabore avec ces gens qui ont également d’autres projets. Regarde Christophe Mali de TRYO, il fait du coaching avec des jeunes artistes incluant de la mise en scène. Manu a un projet hommage à Frank Zappa et Danielito bosse avec moi sur le Collectif 13. Nous nous aérons tous un peu le cerveau pour mieux nous retrouver. Ceci contribue au renouvellement d’idées.

#038;modestbranding=1&rel=0&autohide=1&playsinline=1&autoplay=0" width="480" height="270">

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Quels souvenirs conserves-tu de ta collaboration avec le Nigérian Abdallah Ag Oumbadougou ?

GUIZMO (TRYO) : Avec Abdallah, l’aventure a été énorme. Un choc des cultures! Nous avons partagé beaucoup de temps ensemble, notamment au Niger avec mon ami Daniel Jamet (Nda : ancien de la Mano Negra). Il y avait également Amazigh Kateb, un Algérien qui bossait pour Gwana Diffusion. Malheureusement Abdallah est récemment disparu et je pense fort à lui…

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Pour parler un peu de politique, en pleine période de crise sanitaire comment analyser l’image du Français qui va acheter du PQ alors que l’Américain achète des armes ?

GUIZMO (TRYO) : C’est horrible! On se replie sur soi pour dévaliser les magasins soit en rouleaux de PQ soit en armes pour se défendre. La peur de l’autre alors qu’on devrait se rassembler.

Après, je pense qu’en face de ces gens-là il y a tout un panel de personnes qui réfléchissent à un monde meilleur pour vivre ensemble. Un système différent qui amènerait un changement rapide. Ceux qui en ont marre peuvent se rassembler en associations, je pense au mouvement citoyen “Les Colibris“, “Greenpeace” ou “Sea Sheeperd“. Tous ces gens se battent pour l’environnement au quotidien. Le photographe Yann Arthus Bertrand avec la fondation “GoodPlanet“. Les gens attendent une réponse de nos gouvernements et de nos multi-nationales : du changement et un système qui évolue vers l’humain. Il faut respecter notre planète.

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Nous sommes bien d’accord! Il y a des personnalités ou “grands de ce monde” que tu aimerais rencontrer ?

GUIZMO (TRYO) : Tout dépend qui sont les “grands de ce monde!” Les dirigeants qui s’accrochent a ce vieux système rouillé qu’est le capitalisme absolu ne m’intéressent pas, nous n’avons pas grand chose en commun. Après si tu me parles de Pierre Rabhi (NdA : essayiste Algérien), Paul Watson (NdA : militant écologiste) et de Nicolas Hulot, oui je veux bien les rencontrer! D’ailleurs cela a été fait pour certains…

DIEGO*ON*THE*ROCKS : C’est bien à eux que je pensais! Ma dernière question sera musicale, le reggae Français se porte bien ?

GUIZMO (TRYO) : Oui, il se porte très bien en France. Je pense à Dub Inc, Babylon Circus et Naâman… tous ces artistes Français ou internationaux qui portent le reggae autour de la planète. Nous avons plein de jeunes artistes comme TaÏro qui émergent et font vivre le reggae Français, ce sont des bons porte-paroles. Le reggae traverse le temps.

DIEGO*ON*THE*ROCKS : Merci pour cette interview Guizmo, bon confinement!

GUIZMO (TRYO) : Merci Diego, à bientôt sur Bordeaux.

  • Remerciements : Séverine Mencarelli / PyrProD
  • Relecture : Florence R.

Chanson Française Les Interviews de MeL Webzine - Musiques en Live , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲