Menu

AU REVOIR MANU DIBANGO – LA PLAYLIST HOMMAGE

Manu Dibango était un géant par sa taille et son talent,

mais aussi par sa gentillesse et son enthousiasme communicatif, le saxophoniste et chanteur camerounais est mort à 86 ans après avoir été infecté par le Covid-19.

Né le 12 décembre 1933 à Douala, au Cameroun, Emmanuel N’Djoké Dibango, dit Manu Dibango, fut envoyé en France à l’âge de 15 ans. Il rejoint Marseille, puis Saint-Calais dans la Sarthe. Dans ses bagages, “trois kilos de café”, alors une denrée rare dans l’immédiat après-guerre, et futur titre de son autobiographie, pour payer sa famille d’accueil.
Dans cet univers blanc, l’adolescent qui, de son propre aveu, “ne connaissait pas la culture africaine”, s’identifie aux vedettes afro-américaines de l’époque : Count Basie, Duke Ellington, Charlie Parker deviennent ses “héros”.
C’est auprès d’un ami, le musicien et écrivain camerounais Francis Bebey, que Manu Dibango a découvert le jazz dans les années 50.
Entre la Sarthe, Chartres puis Reims, il découvre une autre culture, se passionne pour le jazz, apprend tout à la fois le piano, la mandoline et le saxophone et commence à se produire sur scène.

Manu Dibango se décrivait comme un “bâtisseur de ponts entre l’Occident et l’Afrique”. Il a abordé de multiples styles, collaboré avec de grands musiciens africains comme Youssou N’Dour et Angélique Kidjo, des rock stars comme Peter Gabriel et Sting, des chanteurs français comme Serge Gainsbourg, Nino Ferrer ou Dick Rivers, des musiciens classiques, et, bien sûr, des gens du jazz comme Herbie Hancock, Bill Laswell ou, en France, le bassiste Jérôme Regard et le tubiste Didier Havet.
En 1972, il connaît un succès mondial avec « Soul Makossa », inspiré de la musique typique des trottoirs des villes camerounaises : il fait la conquête du public américain, s’envole pour New York et joue au théâtre Apollo, temple de la musique afro-américaine à Harlem. Sa musique élargit davantage ses influences et inspirations alors qu’il tourne en Amérique du sud et acquiert alors une notoriété internationale.

Le musicien n’aura alors de cesse de rassembler les talents et les cultures autour de divers projets, concerts ou enregistrements. En 1992, il sort ainsi Wakafrika, un catalogue des grands succès africains revisité par une pléiade d’artistes comme Touré Kounda, Youssou N’Dour, Papa Wemba, Peter Gabriel, Sinéad O’Connor, Manu Katché, un album syncrétique et un manifeste multiculturel comme les aimait l’artiste, apôtre de la paix et de la concorde.
En 2007, il a rendu un hommage discographique au saxophoniste américain Sidney Bechet qui, comme lui, s’était établi en France.

Il reçoit la Légion d’honneur en 2010.

L’artiste camerounais était encore en pleine forme et en tournée l’an passé pour ses 60 ans de carrière avec son Safari Symphonique mêlant jazz et musique classique, un programme dont il nous avait parlé en juillet 2019 avec sa bonne humeur et son dynamisme inaltérables.
Jusqu’au bout, le Grand Manu aura continué à conjuguer la musique au présent – il a animé pendant des années La Maraboutique sur Africa Radio, où il fit connaître le patrimoine musical africain oublié – et à assurer une soixantaine de concerts par an à plus de 80 ans

Géant de la musique africaine, Manu Dibango est la première personnalité à avoir succombé au Covid-19 en France.
De Manu Dibango, on retiendra son tube planétaire «Soul Makossa», un talent de saxophoniste hors pair, un leader de la culture et de la musique africaines, mais aussi ce rire tonitruant qui était sa plus belle signature…

Musiques-en-live vous propose de (re)découvrir cet artiste avec cette playlist vidéos.

Bon visionnage !

Manu Dibango – Soul Makossa – Archives INA

Manu Dibango – Interview RFI

Manu Dibango – Stade de France 2011 – Live

Manu Dibango & Courtney Pine – Aye Afrika

Manu Dibango & Ray Lema – Jazzkiff 2017

Manu Dibango – Jazz Festival Lugano 1996 – Live

Manu Dibango – Soir au village – Canal 93

Manu Dibango, Saintrick, Koffi Olomidé, Youssou Ndour & beaucoup d’autres – Nous sommes les tam-tams

Manu Dibango – Fête des potes à Vincennes 1989 – Archives INA

Manu Dibango – La Javanaise

Manu Dibango – Grand Rex, Paris 2019

Manu Dibango & André-Marie Talla

Manu Dibango – Medley – Live à RFI

Manu Dibango & Soul Makossa gang – Jazz in Marciac 2019

Manu Dibango – Interview RFI

Manu Dibango – Nuit du Sud 2012

Webzine - Musiques en Live Articles , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲