Menu

THE DARKNESS – KRAKATOA #LIVE REPORT @ DIEGO ON THE ROCKS

THE DARKNESS – KRAKATOA MERIGNAC 27/01/2020

Tout d’abord il y eut DZ DEATHRAYS, groupe Australien sautillant qui produit une musique bruyante peinant à convaincre. Malgré 4 albums et un succès local d’estime, le trio de Brisbane risque de continuer longtemps à assurer les premières parties d’autres artistes… et ce soir il s’agit de THE DARKNESS, formation Anglaise qui a publié son 6ème album en 2019. Après un superbe premier disque (en 2003), le groupe a râté son deuxième effort puis splitté. 15 ans plus tard et après plusieurs changements de musiciens, ils ont pris un léger virage pop-rock dans leurs compositions et continuent leurs tournées mondiales. L’occasion de vérifier si Justin Hawkins a conservé sa voix et son frère Dan, sa dextérité.

EASTER IS CANCELLED : Le set va être interprété en deux parties distinctes, le dernier album dans son intégralité puis un “best-of” d’une heure et quart. Très original de jouer un LP dans l’ordre des titres mais lorsqu’il ne s’agit pas de fêter l’anniversaire d’un disque à succès, le pari est risqué! La première heure est consacrée à “Easter Is Cancelled” avec ses ballades pop-rock (“Rock And Roll Deserves To Die”, “Heart Explodes”, “In Another Life”) et quelques changements de rythmes convaincants très “Hard FM” (“Heavy Metal Lover”). Excentrique et visiblement sympathique, Justin Hawkins est un véritable personnage de foire très bavard qui joue avec le public. Il baptise une spectatrice “Christine” qu’il va interpeller régulièrement pour créér le lien et rassembler. Quant à elle, la voix demeure aigüe et haut perchée. Le chanteur clôt seul la première partie avec sa guitare sèche sur “We Are The Guitar Men”, sans envergure. Pour résumer cette première heure, il aurait été plus judicieux de ne pas jouer les titres dans l’ordre qui n’ont pas tous le niveau des singles passés. 

QUEEN : Le niveau va monter d’un cran dès que Dan Hawkins va arborer son tee-shirt THIN LIZZY et que Justin va changer d’accoutrement féminin… l’ambiance 80 est (enfin) de retour et le spectateur va retrouver le côté SPINAL TAP et ROCK FOREVER attendu! Car les bonnes compositions de THE DARKNESS recèlent de titres influencés par DEF LEPPARD et BON JOVI! Le guerrier “Barbarian” et ses envolées lyriques puis le pêchu “Japanese Prisoner Of Love” font l’unanimité. D’ailleurs les riffs de guitare et la rythmique de ce dernier titre rappellent le groupe QUEEN alors que le chanteur essaie de jouer vocalement avec le public comme le faisait Freddie Mercury dans un stade de Wembley bondé. Exercice plutôt réussi sachant que le batteur de THE DARKNESS n’est autre que Rufus Tiger Taylor, fils de John et accessoirement membre de QUEEN! La foule sent que la qualité musicale est nettement supérieure à la première heure produite par le (même) groupe.

“Solid Gold” et “Givin’Up” sont du même acabit. Riffs efficaces, voix perchée et attitude décalée. Justin colle des médiators sur son torse et en balance régulièrement dans la foule alors qu’une reprise de RADIOHEAD surprend l’assistance : “Street Spirit”. Même si le fan connaissait la version revisitée disponible dans leur album de 2012 (“Hot Cakes”), il faut reconnaitre que la rythmique glam/rock est très efficace en live. Le groupe finit en apothéose avec ses deux tubes de 2003, “Get Your Hands Off My Woman” (après un long bla-bla du chanteur qui rendra hommage entre autres, à l’excellent travail photographique de Pierre Wetzel) et “I Believe In A Thing Called Love”. Ces chansons rappellent une époque où le chanteur n’avait pas de moustache et THE DARKNESS vendait 1,5 millions d’albums au Royaume Uni! En tous les cas, les Anglais inspirés par AC/DC et QUEEN sont très performants sur scène et les effets de lumières et fumée agrémentent judicieusement le set. Un concert sauvé par une deuxième partie convaincante!

modestbranding=1&rel=0&autohide=1&playsinline=1&autoplay=0">
#038;modestbranding=1&rel=0&autohide=1&playsinline=1&autoplay=0" width="480" height="270">

Remerciements : Alice du Krakatoa / Base Productions
Photographies : Philippe Archambeau pour Phil Archambeau Live Concert Photographie
Relecture : Florence R.

Chroniques Concerts En tournée Reports Concerts Rock Webzine - Musiques en Live , , , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲