Menu

INTERVIEW MANUSCRITE #54 – GOLDEN GASOLINE @ DIEGO ON THE ROCKS

Concerts En tournée Les Interviews de MeL Rock Webzine - Musiques en Live , , , , , ,

INTERVIEW DE GOLDEN GASOLINE PAR DIEGO*ON*THE*ROCKS

GOLDEN GASOLINE est un combo Bordelais créé en 2016 sous l’influence musicale des années 90. Ekaterina (dit Katya) et Arthur Frétier sont le socle du groupe rejoint par Jean Félix Brillant après l’enregistrement du deuxième album « Looking For Trouble » disponible depuis janvier 2020. Sympathiques, ils ont accepté de répondre aux questions de Diego sous le regard photographique de Carolyn Caro pour Musiques En Live. L’interview s’est déroulée au « Quartier Libre » de Bordeaux le 17 janvier juste avant la release party de l’album.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Bonne année à GOLDEN GASOLINE! Que faut-il souhaiter à un jeune groupe qui sort un nouvel album et attaque une tournée ?
GOLDEN GASOLINE  : Que ce soit énorme! Le but est de croiser beaucoup de monde sur la route et de faire des rencontres durant cette tournée. On veut s’éclater! (Arthur)
Cela peut donner la possibilité de jouer de plus en plus dans plein d’endroits! Nous voulons faire des concerts. (Katya). La scène est une récompense (Arthur).
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Le nom « ESSENCE DORÉE » de GOLDEN GASOLINE transpire le rock n’roll avec un côté « crado ». Le but est identitaire ?
GOLDEN GASOLINE  : Avant même de créer le premier morceau du groupe, j’avais trouvé son nom! Je voulais deux mots opposés, « Gasoline » est sale et « Golden » est brillant. Pourtant les deux ont beaucoup de valeur malgré cette différence… De plus, ces deux mots Anglais sonnent très bien ensemble (Arthur).

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Comment s’est formé le groupe ?
GOLDEN GASOLINE  : Katya, David (notre ancien batteur) et moi-même avons fondé le groupe début 2016. Nous n’avions jamais eu le temps de collaborer ensemble et j’avais quelques idées de son qui me trottaient dans la tête. J’étais dans un autre groupe (LEITMOTIV) et j’aime changer de guitare. En trouvant une nouvelle sonorité, j’ai souhaité l’approfondir pour GOLDEN GASOLINE avec ma femme et ainsi fonder un nouveau combo (Arthur).
J’étais chanteuse dans des formations précédentes à Moscou en Russie qui est mon pays d’origine. Arrivée en France, je voulais continuer cette passion et cela a été le point de départ de notre rencontre avec Arthur qui est musicien. Voilà comment s’est formé GOLDEN GASOLINE sachant qu’Arthur compose les musiques et que je suis auteure principale pour les textes de nos chansons en Anglais (Katya).
Je connais Arthur depuis qu’il m’a contacté en mai 2019 alors qu’il était à la recherche d’un batteur pour assurer la tournée actuelle. Je suis arrivé après l’enregistrement de « Looking For Trouble ». J’ai de suite aimé le style musical de ce deuxième disque (Jean Félix).

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Justement de quoi parle ce nouvel album ?
GOLDEN GASOLINE  : Les sujets sont variés. La santé, les animaux ou simplement trouver sa place dans la société. Lors d’une visite à Moscou avec Katya, nous avons écrit « I Lost My Head » qui reflète l’immensité d’une capitale mondiale et la difficulté d’y trouver sa place alors que la langue locale t’est étrangère. Il y a aussi un morceau sur la religion (Arthur).
Un titre comme « All My Life Behind » exprime un survol imaginaire de sa vie dont le texte est fortement inspiré par le ressenti de la musique lors de sa conception. Un peu comme quelque chose de planant (Katya).

[NEW CLIP 2019] Golden Gasoline - I Lost My Head

Le son met des images dans nos têtes qui amènent ensuite la création de la chanson. Généralement la musique est composée avant le texte, l’inverse est plus rare mais s’est produit sur notre premier album. Il m’arrive aussi d’avoir le titre avant le sujet principal de la chanson… (Arthur)
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Toujours important d’avoir un titre qui « claque »! D’ailleurs « Animals Can Not Lie » est-elle une chanson-constat affligeant pour l’homme ?
GOLDEN GASOLINE  : Le monde a perdu l’homme et son animalité depuis longtemps! Toute action humaine a souvent une idée cachée ou un projet. L’instinctif n’est plus! Les animaux ont comme seules préoccupations la nourriture et la survie. En 2018 nous avons tourné en Allemagne avec FROGCODILE qui joue du psychédélique rock-progressif, ils étaient végétariens comme Katya. J’ai commencé à m’intéresser au sujet et nous sommes devenus végétariens en rentrant, ce qui explique notre sympathie pour la cause animale (Arthur).

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Très à la mode comme les vegans! Revenons à la musique Arthur, c’est ton riff qui amène une chanson ?
GOLDEN GASOLINE  : Souvent. Après on a pas trop le choix car tu n’as qu’une guitare et une batterie! (rires) Je ne chante pas car je trouve que je n’ai pas une voix intéressante en lead, je suis capable de chanter et jouer.
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Vos albums sont courts, 8 titres chacun. Vous préférez condenser vos créations plutôt que de vous étendre ?
GOLDEN GASOLINE  : Nous préférons la qualité à la quantité! (Katya)
Aujourd’hui qui écoute un album de 16 titres du début à la fin ? Nous ne sommes pas les RED HOT CHILI PEPPERS et préférons compacter nos titres sans que les bons passent à la trappe. Le risque de s’étendre est que le 14 ème titre soit qualitatif mais que les auditeurs n’y arrivent pas compte tenu du nombre de plages précédentes sur le disque (Arthur).

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : En comparant votre premier album « No friends In Paradise » et le récent « Looking For Trouble », on se rend compte que vos dernières compositions sont moins percutantes et plus posées. Qu’en pensez-vous ?
GOLDEN GASOLINE  : Le premier était instinctif car le processus d’enregistrement de l’album n’a jamais vraiment eu lieu. Nous avons enregistré à Barbey suite à de nombreux boeufs et le résultat nous plaisait. Concernant « Looking For Trouble », nous avons pris notre temps tout en sachant quel son nous voulions ressortir. Le résultat est effectivement un peu plus léger niveau guitare (Arthur).
Pour la composition, nous avons uniquement gardé les morceaux qui fonctionnaient. La voix est plus lumineuse sur le deuxième disque tout en conservant notre sonorité (Katya).
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Vous parlez de Barbey, est ce que l’école de la scène est la meilleure des formations musicales ? Se produire est primordial pour un groupe ? Certains artistes ne sont que des musiciens de studio!
GOLDEN GASOLINE  : Le studio fait beaucoup progresser et la précision du métronome est irremplaçable. A côté de ça, la scène est directe et tu n’as pas le droit à l’erreur. En studio tu recommences autant de fois que tu veux, en live il faut être bon de suite (Arthur).
Chacun son job entre la voix, la guitare et la batterie. Si quelqu’un fait une erreur, on sait de suite qui c’est! (Katya -- rires)

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Vous allez retourner prochainement en Allemagne et en Belgique. Le public Européen est-il réceptif aux groupes Français qui chantent en Anglais ? Nous ne sommes pas réputés pour être assidus en langues…
GOLDEN GASOLINE  : Nous concernant, Katya étant d’origine Russe, elle chante en Anglais et apporte une sonorité différente aux textes (Arthur).
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Ce n’est pas l’exotisme du soleil mais apporte un charme auditif et visuel!
GOLDEN GASOLINE  : C’est marrant parce que j’essaie d’enlever au maximum mon accent Russe lorsque je chante. L’Anglais étant international, le public est réceptif et plus large que si tu chantes en Français (Katya).
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : D’ailleurs vous n’avez jamais songé à un concert en Russie ?
GOLDEN GASOLINE  : Bien sur! Je voudrais bien mais c’est cher! (Katya)
Nous pensons que cela viendra et que c’est faisable. C’est dans nos projets futurs… (Arthur)

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Côté expérience, vous avez assuré les premières parties de SKIP THE USE ou MADEMOISELLE K. Ce sont de bons souvenirs ?
GOLDEN GASOLINE  : On ne se croise pas forcément beaucoup car tu fais ton soundcheck pendant qu’ils sont en pause et inversement! Pareil pour le concert. Lorsqu’on a joué à Palmer avec SKIP THE USE, il y avait LA GRANDE SOPHIE en même temps dans une salle voisine. Les loges étant grandes, tu n’as pas toujours le temps d’échanger avec les têtes d’affiche.
Par contre ce qui est formateur c’est l’adrénaline avant le concert. Les gens présents ne sont pas là pour toi… tu as 30 minutes pour convaincre! C’est comme se pointer à une soirée où tu n’es pas invité! (Arthur)
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Quelles sont vos influences musicales ?
GOLDEN GASOLINE  : Principalement rock! J’ai grandi avec le punk rock Américain et désormais je m’ouvre plus au rock Anglais. Cela ne m’empêche pas d’écouter d’autres styles musicaux (Jean Felix).
Je fais du rock pour le côté historique mais j’écoute de la disco! Ma voix s’adapte plus facilement au rock et j’aime le old school des 60’s (Katya).
Comme Jean Felix, très rock. Il nous arrive souvent de jouer des reprises en répétitions ou studio, principalement la scène Anglaise. J’adore BLOC PARTY et le duo BLOOD RED SHOES. Je les ai vus et ai été surpris par leur puissance scénique! C’est un peu grâce à eux que j’ai formé GOLDEN GASOLINE! J’aime aussi WHITE STRIPES et ROYAL BLOOD (Arthur).

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : J’ai vu que vous faisiez une reprise de PORTISHEAD, c’est fréquent ou rare ?
GOLDEN GASOLINE  : C’est rare. PORTISHEAD c’est une version réarrangée de « Glory Box ». J’aime aussi le trip-hop (Arthur).
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Dernière question, les concerts des autres qui vous ont scotchés ?
GOLDEN GASOLINE  : PAUL MC CARTNEY, GHOST à Palmer, GENERAL ELEKTRIKS, INTERPOL, GOJIRA à Barbey, BLOOD RED SHOES à La Sirène et MANDO DIAO (Katya & Arthur)
Perso, j’ai adoré les FOO FIGHTERS. Egalement MUSE que j’ai vu plusieurs fois. C’est millimétré mais le spectacle est extraordinaire (Jean Felix).
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Merci à vous 3, beaucoup de concerts pour 2020 et plein de bonheur!
GOLDEN GASOLINE  : Merci Diego, à bientôt!

Remerciements : Arthur Fretier
Photos : Carolyn Caro
Relecture : Jacky G.

Concerts En tournée Les Interviews de MeL Rock Webzine - Musiques en Live , , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲