Menu

NEKO LIGHT ORCHESTRA – FEMINA BORDEAUX #LIVE REPORT @ LUCIE PRAILLE

21/12/2019 – Neko Light Orchestra – Echos de Poudlard – Théâtre Femina

En entrant dans le Fémina, nous sommes accueillis par les différents instruments de musique trônant sur la scène : piano, batterie, guitare, basse, harpe et cuivres… nous savons déjà que nous allons passer une excellente soirée !

Le pianiste joue également le rôle de présentateur puisqu’il est celui qui assure la relation avec le public en nous annonçant les musiques qui vont suivre.
Celui-ci arrive sur scène et nous explique, à notre plus grande surprise, qu’à partir de ce soir le Neko L

ight Orchestra à décidé de changer sa façon de faire. Ainsi, désormais, avant chaque concert prévu sera joué un concert surprise ! Celui-ci sera un condensé de 40 minutes d’un concert de leur répertoire.

Pour cette première, il ne dura que 20 minutes mais fut grandiose!
Nous eurent droit à un condensé du concert de Star Wars avec un jedi au piano et une princesse Leia au violoncelle et au chant. Il est difficile de condenser tout un concert en 20 minutes.. Nous eurent donc droit aux thèmes principaux au piano et au violoncelle. Si, dans l’imaginaire général, ces deux instruments ne permettent pas de jouer des musiques aussi puissantes et fortes que peuvent l’être celles de cette saga légendaire, il n’en fut rien ! Leur réinterprétation des principaux thèmes musicaux fut aussi douce qu’épique et intense.

Après un court interlude, pour que les musiciens puissent se changer, la scène fut plongée dans le noir. Une lumière bleue sombre se mit à éclairer faiblement le sol. C’est le batteur qui entra en scène le premier, guidé par un halo de lumière blanche illuminant sa batterie. Ainsi arrivèrent chacun des musiciens, chacun à leur tour pour rejoindre la musique jusqu’à ce que celle-ci, douce au début, se pare des tonalités propres au thème de la découverte du château de Poudlard et prenne des allures de rock pour enflammer la scène et tout le public !

Après cette première musique absolument grandiose qui nous a présenté les musiciens et nous a tous plongé dans l’univers magique de Poudlard, nous eurent droit aux thèmes musicaux d‘Hedwige et du phœnix, symbole de force et d’espoir dont la musique redonne a chacun ces mêmes sentiments.

A la suite du thème du phœnix, les Neko Light jouèrent un medley reprenant les thèmes musicaux de Lily Potter et Albus Dumbledore.
Ce medley, dont les musiques sont tirées des derniers films, prend des airs plus sombres et plus profonds en commençant par le thème de Lily Potter, très doux et magnifiquement joué à la harpe, suivis du thème de Dumbledore, plus sombre et intense, pendant lequel sont diffusées les images entourant sa mort, replongeant le public dans ces instants douloureux en leur ajoutant une intensité sans égale qui nous a pris au cœur.

Début du medley des thèmes musicaux de Lily Potter et Albus Dumbledore

 

Le pianiste annonce qu’après ce medley plus sérieux, les musiciens vont faire un retour sur Poudlard puisque la majeur partie de l’histoire se passe dans l’école.

Ainsi commence le thème musical du professeur Ombrage, une musique plus légère aux airs jazzy donnés par les cuivres et pour laquelle la scène se pare de lumière rose. Plus qu’une décoration murale avec des assiettes décorées de chatons et l’on se serait cru dans le bureau de la plus détestée des professeurs de Poudlard !

Bien évidement, après avoir parlé du professeur Ombrage, il faut parler de ceux qui ont mis un terme à son règne de terreur, les grands chahuteurs en chef de Poudlard : Fred et Georges Weasley !
Ainsi commence la mélodie entraînante des feux d’artifices des frères Weasley, dégageant un incroyable sentiment de victoire. Si l’on avait déjà envie de danser pendant la musique précédente, celle-ci nous a fait lever pour accompagner les musiciens en rythme.

Bien sûr, après avoir libéré Poudlard, c’est son hymne qui retentit dans la salle.

Et après cet hymne commença la bataille des quatre maisons à coups de cris et d’applaudissements. Finalement les Serpentard furent, à ma plus grande joie, les grands vainqueurs (en l’occurrence les plus bruyants), indiquant ainsi au Neko Light Orchestra quelle serait la prochaine musique.

Ainsi l’orchestre entama le thème de la chute du ministère. La scène se para d’un vert sombre, la musique emplie le théâtre d’un sentiment d’inquiétude, les rires cessèrent, comme si des détraqueurs allaient envahir la salle. Ce sentiment imposé par la musique ne m’a pas quittée jusqu’à la fin de celle-ci, elle nous a vraiment replongés dans les films.

Après ce thème sombre et inquiétant, les Neko Light entamèrent un chant plus léger, à leur façon évidement !

Commence alors à se faire entendre la chanson de Noël de la chorale aux crapauds, chantée par la harpiste, la violoncelliste, les deux violonistes et la flûtiste. Les voix se mêlent à la musique entraînante et les lumières vives éclairent les chanteuses jusqu’à s’éteindre pour laisser place à un rap de la violoncelliste, ce qui n’a pas manqué de plaire au public.

 

 

Après cette chorale revisitée nous avons eu droit au thème musical de Buck.

C’est pour un thème comme celui-ci que les images défilant en arrière-plan prennent tout leur sens. En effet les images de la scène de classe de Hagrid défilent sur une musique plutôt calme jusqu’à ce que Harry s’envole sur le dos de l’hippogriffe sur une musique profonde et épique. De quoi nous donner à tous l’envie de s’envoler sur le dos de Buck. Il est dommage que la diffusion des images ne faisaient que bugger pendant une partie du spectacle. Mais cela n’enlevait pas grand chose à l’intensité des sentiments ressentis grâce aux musiques et jeux de lumières.

Nous avons ensuite eu droit à une musique qui n’est pas présente dans les films mais dans les disques spéciaux : le thème de la boutique des frères Weasley. Une musique légère et joyeuse qui donne le sourire aux lèvres, l’envie de danser et de faire de bonnes blagues à ses proches “à la Fred et Georges”!

Le spectacle se termine avec le “Happy Potter medley” qui reprend les sonorités iconiques des films avec des airs de rock. Medley pour lequel tous les spectateurs se sont levés pour accompagner les Neko Light, souriants et joyeux grâce à la musique mais quelque peu tristes car la fin s’annonçait.

Ce fut un spectacle grandiose, de par leur entrain, leurs sourires et leur envie de nous faire partager leur univers. Le Neko Light Orchestra parvient à nous faire ressentir beaucoup de choses : de l’envie de s’amuser à l’angoisse d’un événement terrible, du rire à l’envie de voler.. Je m’attendais à passer un bon moment et à replonger un peu dans l’univers d’Harry Potter, je ne m’attendais pas à tout le reste !

 

Articles Webzine - Musiques en Live , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲