Menu

INTERVIEW MANUSCRITE #52 – HUGUES AUFRAY @ DIEGO ON THE ROCKS

INTERVIEW D’HUGUES AUFRAY PAR DIEGO*ON*THE*ROCKS

A 90 ans en 2019, Hugues AUFRAY est le doyen de la chanson Française. Malgré des concerts complets et une présence très limitée dans les médias, l’artiste a accepté de répondre aux questions de Diego pour Musiques En Live. Le chroniqueur remercie chaleureusement Monique MONNET sans qui cette interview n’aurait pas été possible. Elle travaille avec M.AUFRAY depuis plus de 25 ans et a collaboré à la mise en forme de son autobiographie « Droit Dans Mes Santiags » en 2007.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : M.AUFRAY c’est un honneur de pouvoir converser avec vous. A 90 ans, comment se passe votre nouvelle carrière de peintre et sculpteur ?
HUGUES AUFRAY  : J’ai passé récemment ce que j’appelle le « Cap Horn » de la vie, à savoir la barre des 90 ans. Aujourd’hui j’ai le sentiment d’attaquer une nouvelle phase avec cette décennie. Elle sera très active et très productive. D’ailleurs je peux vous annoncer en primeur que je vais sortir plusieurs disques dans les années qui viennent : un premier en avril/mai 2020, un second pour les fêtes de noël prochain et enfin deux autres albums prévus pour mars 2021!
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Super! Vous êtes très actif!

HUGUES AUFRAY  : C’est ça. Pour répondre à votre question, je continue la sculpture au ralenti car cela prend du temps. C’est un plaisir et je défends l’idée de « La fausse monnaie » dans le monde artistique. En fait, des tas de gens considérés artistes font des oeuvres gigantesques en plastique pour un résultat lamentable! On en voit partout et des « vaches en plastique » considérées comme « oeuvres d’art » n’ont qu’un rôle marrant… Par exemple je trouve que « Le Bouquet de Tulipes » de JEFF KOONS récemment dévoilé à Paris est un scandale! Ces gens sont intelligents et ont une forme de talent pour réussir à vendre des choses aussi moches ! Cela n’apporte rien à la société. Je suis partisan d’un art « domestique » qui veut dire « ce qui concerne la maison » en Latin. Ce mot n’a rien d’humiliant.
Autrefois, les peintres comme VAN GOGH, GAUGUIN ou CÉZANNE faisaient des tableaux prévus pour des appartements d’un point de vue taille. A ce jour, KOONS ou SOULAGES font des tableaux gigantesques, noirs… je veux bien mais c’est fait pour les musées, les galeries et les banques. Ce n’est pas une peinture pour les hommes.
Me concernant je suis un chanteur populaire sans prétention, j’ai envie de distraire les gens en les faisant danser ou pleurer sur des sujets interessants. Si je fais de la peinture et de la sculpture, c’est dans une dimension humaine, comme mes chansons. Pour l’instant et dans le temps qui m’est imparti, j’ai pu faire deux ou trois oeuvres qui seront diffusées. Je n’ai pas une usine comme JEFF KOONS qui a 350 personnes qui travaillent dans un atelier…

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : En 70 ans de carrière, comment qualifieriez-vous cette relation avec le public ?
HUGUES AUFRAY  : C’est un contact direct sans passer par les médias. Je ne passe pas par le « courant people » jugé incontournable par certains artistes! S’ils ne sont pas en première page de « Paris-Match », ils n’existent plus… Radios, Télévision s’intéressent beaucoup au côté « people » mais on peut s’en passer, c’est mon cas. C’est moins « spectaculaire » mais cela ne m’empêche pas de faire des centaines de concerts dans toute la France qui sont complets dans les bourgs et les petites villes. Entre 800 et 1500 personnes, le public s’y retrouve à un prix modéré et dans des endroits où les spectacles se font rares. Les vedettes de « Gala » et « Paris-Match » sont trop chères pour ces endroits là!

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Votre tournée actuelle est acoustique ou électrique ?
HUGUES AUFRAY  : ALBERT CAMUS a dit « Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde! » En fait il n’y a plus de spectacle acoustique car tous les chanteurs ont un micro « branché électrique » et une guitare dite acoustique « branchée électrique ». Je fais un spectacle volontairement réduit en matériel et nous sommes 5 sur scène. Un clavier, deux guitares, un banjo/fiddle et moi même. Je chante durant 2 heures 15 et prévenez le public qu’il « prenne ses précautions », surtout les gens d’un certain âge! C’est un terme que mon papa utilisait avant les départs en voiture! (rires)
La set-list est composée des standards de mon répertoire mais également de nouveautés et de surprises.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : A votre âge, quelle décennie fut la plus agréable à vivre ?
HUGUES AUFRAY  : Celle que je vais vivre à compter de 2020! Je n’aime pas faire un choix, que ce soit pour les chansons, les enfants, les auteurs… choisir c’est renoncer! Je suis un ogre de la vie, je veux tout en même temps! Le grand, le petit, le silence et le bruit, le clair et le sombre, la joie et la tristesse… j’ai récemment lu un bouquin sur la vie de DEPARDIEU qui est extraordinaire. Cet homme est également un ogre de la vie, tant physiquement qu’intellectuellement!
J’ai été très heureux de ce que j’ai fait dans ma jeunesse, certaines choses n’ont pas pu être réalisées mais je vais essayer de m’en occuper maintenant. Tout va bien!

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Il y a des artistes actuels qui vous émeuvent ?
HUGUES AUFRAY  : Evidemment! Certains ont disparu comme NOUGARO. J’aime beaucoup SOUCHON, M POKORA et tout ceux que j’aime et que je n’ai pas cités et qui vont penser que je les ai volontairement oubliés!!! A mon âge, je suis émerveillé du talent des autres et je suis surpris que beaucoup ne soit pas plus connus que ça…
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Lors de mes interviews physiques et des concerts auxquels j’assiste, je croise régulièrement des artistes qui mériteraient d’être plus « dans la lumière !»
HUGUES AUFRAY  : C’est ce que je fais dans mes chansons en puisant dans le folklore souvent Américain des mélodies traditionnelles d’une grande simplicité. Derrière l’absence d’auteur, cela permet de rendre hommage à tous ces inconnus.

#038;modestbranding=1&rel=0&autohide=1&playsinline=1&autoplay=0" width="480" height="270">

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Sans la musique vous auriez été sculpteur ?
HUGUES AUFRAY  : Je voulais être sculpteur, peintre. Mon destin m’a mené dans la musique. On croit être libre et cela touche une discussion philosophique qui serait trop longue. Une force nous pousse vers une direction dont on n’a pas toujours conscience… on prend un chemin ou un autre et cela forme une carrière.
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Comme vous le chantez vous êtes « Jeune Pour Toujours ». Quelle est votre potion magique ?
HUGUES AUFRAY  : Je n’ai pas de potion magique! J’ai vu beaucoup de copains disparaitre car ils ont abusé de l’alcool, de la cigarette ou d’autre chose… ils ont un vécu et une densité de vie que je n’ai pas eus! Je ne souhaite pas être moralisateur. A chacun de faire ce qu’il pense être bon pour vivre, manger, être mince… nous sommes libres et le principal est de se sentir bien! Personnellement je n’ai pas fait d’abus et cela me convient.
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Espérons que RIMBAUD, JOHNNY ou CARLOS attendront les mélomanes dans « Mon Bistrot Préféré » comme dirait RENAUD!
HUGUES AUFRAY  : Je ne suis pas certain que JOHNNY et RIMBAUD soient à la même table! A choisir je préfère donner rendez-vous à VAN GOGH, CEZANNE, GAUGUIN et RIMBAUD dans votre bistrot! (rires)

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Vous savez combien de chansons vous avez déjà enregistré ?
HUGUES AUFRAY  : Je ne sais pas, je n’ai jamais compté!
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Je suis un jeune de 47 ans mais mes préférées restent celles de 1968 comme « Petit Ane Gris » ou « Petit Simon »!
HUGUES AUFRAY  : Ça tombe bien, vous allez entendre dans les prochains disques de 2020 des chansons qui sont largement de ce niveau! Rendez-vous en avril et à noël!
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Super. Merci pour cette interview et bonnes fêtes de fin d’année M.AUFRAY!
HUGUES AUFRAY  : Merci à vous, bonnes fêtes également.

Remerciements : Monique MONNET, La cellule communication de la Coupole Saint Loubes.

Chanson Française Concerts En tournée Les Interviews de MeL Webzine - Musiques en Live , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲