Menu

VANESSA PARADIS – BORDEAUX #LIVE REPORT @ DIEGO ON THE ROCKS

Chanson Française Chroniques Concerts En tournée Reports Concerts Webzine - Musiques en Live , , , , ,

VANESSA PARADIS – BORDEAUX 17/06/2019

Soyons honnête, ce soir là je me rendais au Théâtre Fémina pour le concert de Vanessa Paradis avec quelques a prioris négatifs concernant les prestations scéniques de cette dernière… et puis à y réfléchir, il est difficile de penser que Gainsbourg, Kravitz, M, Roda-Gil, Iggy Pop, Roussel, Bashung et Biolay se soient trompés sur l’égérie Chanel ! Pour juger, il faut voir.

Vanessa Paradis – Kiev

Déclarant revenir aux « sources » (titre de son dernier album), Vanessa va proposer un set d’1h50 inégal dans la qualité des chansons mais relevé quant à la performance et au visuel très réussi. Une superbe entrée en scène (« La plage ») rythmée (« Mi amor », « L’incendie ») mène au plus bel extrait de ce 7ème album dans une ambiance enneigée (« Kiev »). D’autres titres récents type Bossa-Nova seront plus où moins convaincants. Sur “Chéri” seule à la guitare, l’artiste veut probablement démontrer qu’elle est musicienne… je reste perplexe! A contrario, les classiques « Marilyn & John », « Il y a » et « Joe le taxi » lèvent la foule et permettent à Nicolas, saxophoniste des 6 musiciens, de s’exprimer pleinement. La jeune mariée (à Samuel Benchetrit en 2018) communique avec son public et se déhanche telle la star formatée qu’elle est devenue depuis 25 ans tant dans le mannequinat que dans la publicité. Le grand moment du concert restera le medley Anglais incluant « Be my baby », « Sunday monday » et « Waiting for my man » rappelant la collaboration réussie avec Lenny, tout comme l’hommage que Vanessa rendra à Serge en reprenant « La ballade de Johnny Jane » très applaudi par un public Bordelais qui finira la soirée debout.

Et toute la dernière partie du concert va être très sympathique ! Même si elle n’a pas plus de voix qu’un Etienne Daho en forme, « La Seine », « Commando » et « Tandem » rappellent aux novices que la future quinquagénaire a des hits qualitatifs multi-diffusés sur nos radios nationales. L’extrait musical de « Boys don’t cry » des CURE sera du plus bel effet dans « Tu vois que je vois » avant le rappel. Elle tente quelques approches avec un public demandeur. L’adolescente devenue femme qui conserve sa taille sylphide ne se risque pas aux bains de foule. Elle le quittera avec « Dis lui toi que je t’aime » et « Divine idylle », comme pour tisser un lien palpable lors de ses concerts dont l’inspiration Cubaine peut avoir ses hauts (« Ce que le vent souffle ») et ses bas (« On oubliera »). Les fans seront ravis et les curieux pas déçus. A voir.

Photos : Diego

Chanson Française Chroniques Concerts En tournée Reports Concerts Webzine - Musiques en Live , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲