Menu

INTERVIEW MANUSCRITE #17 – LYSISTRATA @ DIEGO ON THE ROCKS @ CAROLYN

C'Découverte Concerts En tournée Festivals Ils ont de l'avenir Les Interviews de MeL Rock Webzine - Musiques en Live , , ,

INTERVIEW LYSISTRATA PAR DIEGO*ON*THE*ROCKS

LYSISTRATA est un jeune trio originaire de Charente Maritime qui produit un rock énervé ayant sorti un premier album en 2017 baptisé « The Thread ». Théo (guitare), Max (basse) et Ben (batterie) ont accepté de répondre aux questions de Diego pour Musiques En Live.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Comment est né votre groupe ?
LYSISTRATA : Nous nous connaissions depuis pas mal de temps (Ben et Max) car nous faisions du son ensemble, Théo est venu après une rencontre au collège et de fil en aiguille on a monté LYSISTRATA. Nous sommes de Saintes (17). Nous avons commencé par des répétitions qui ont mené à la création du groupe.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : J’ai cherché l’origine du terme « LYSISTRATA ». Y’a t’il un rapport avec la grève du sexe d’Aristophane ?
LYSISTRATA : Pas du tout. Théo a trouvé ça en cours d’histoire et le nom nous convenait. Nous étions dans le même collège à part que Max a trois ans de plus.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Initialement votre style musical est MATH-ROCK mais récemment vous incluez des textes Anglophones dans vos chansons récentes. C’est un virage dans vos ambitions ?
LYSISTRATA : Lorsque tu creuses un peu ce genre musical, il y en a pas mal avec de la voix. Tu prends des groupes Américains comme MEDICATIONS, TERA MELOS et FARAQUET, ce sont des groupes des 90’s qui font du gros MATH-ROCK et qui chantent. Pour nous c’est un challenge car c’est compliqué d’ajouter du chant et cela garni nos morceaux. C’est principalement Ben qui est d’origine Anglo-Saxonne qui écrit les paroles. Au commencement nous n’étions qu’instrumental puis l’envie d’évoluer nous mène au chant. Il n’y a pas de chanteur attitré, les trois membres de LYSISTRATA assurent les voix même si Ben est parfois plus présent. Notre premier morceau écrit fut « Asylum » et plus t’en cale, plus t’a envie d’en mettre. Nous sommes désormais à l’aise.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Votre album aura deux ans en octobre, quelle était sa base de travail ?
LYSISTRATA : Principalement les répétitions. Nous jouions plein de morceaux en live qu’il fallait poser sur CD. C’est un premier disque donc nous avons mélangé des titres existants avec de nouvelles compositions créées à cette époque pour l’album.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : La légende veut que le deuxième album soit plus difficile à enregistrer ?
LYSISTRATA : Pour le premier, nous partions un peu vers l’inconnu. Le prochain semble plus naturel et nous allons utiliser la même formule, nous savons à quoi nous attendre et retrouver les mêmes personnes (notamment Michel en ingénieur du son). Nous enregistrerons au Black Box Studio près d’Angers comme pour « The Thread ». Par contre nous n’excluons pas de changer totalement de recette lorsque le troisième disque sera en préparation.
A ce jour, nous n’avons aucune date de sortie prévue pour le deuxième disque et nous évitons de nous mettre la pression.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Votre ingénieur est le quatrième membre du groupe qui « fait votre son » !
LYSISTRATA : Exactement! Dans le premier on découvrait le studio et il a fallu un temps d’adaptation. Pour le prochain, les automatismes seront là!

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Vos textes sont sombres. Suicide, engueulades… Où puisez-vous cette inspiration ?
LYSISTRATA : C’est Ben qui fait les textes! C’est de moins en moins sombre. Certes « Asylum » est à prendre au second degré, nous l’avons écrit sous une véranda en 10 minutes. Les nouveaux morceaux sont plus légers et nos influences sont diverses. Tous les sujets ou bouquins peuvent être une source.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Le groupe a 6 ans. C’est difficile de quitter vos Charentes natales pour tourner ?
LYSISTRATA : On adore tourner et nous ne voulons pas aller à Paris. On aime ce rythme et on aime rentrer chez nous. Après un mois de concerts, c’est appréciable de retrouver notre campagne et de toute façon nous n’aurions pas les moyens de vivre à la capitale! Nos tournées sont saccadées, on rentre et on part depuis un an et demi.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Que répondez-vous à la presse qui déclare que vous êtes des branleurs énervés ?
LYSISTRATA : Oui c’est plutôt vrai mais ça nous fait doucement sourire. Ah ah ah!
DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Votre réputation vous précède lors de vos performances live. Dans quel état d’esprit montez-vous sur scène ?
LYSISTRATA : C’est différent tous les soirs. On ne se pose pas de question, on fait notre truc et ça passe. On est pressé de jouer, de squats en bars-pubs, salles de concerts et grande scène. La motivation fluctue en fonction de l’endroit. Lorsque l’ambiance est cool, nous n’avons pas nécessairement envie de balancer toute la sauce sonore pour ne pas « niquer » les gens. Il y a quelques jours nous avons joué à Vendome dans une ambiance familiale. Il y avait plein de gamins avec des casques anti-bruit. Dans ce cas là, on reste modéré.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Quel souvenir gardez-vous des Vieilles Charrues 2018 ?
LYSISTRATA : C’était hyper cool, puissant. Nous n’avons pas joué sur la grande scène mais l’accueil du public était sympa. Habituellement nous ne stressons pas mais l’équipe technique et le lieu étaient impressionnants.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Votre album aura deux ans en octobre, à quand la suite ? Des dates de prévues ?
LYSISTRATA : On compose. On attend de voir comment cela se passe. Nous testons actuellement les morceaux. Pour les spectacles, on a quelques dates notamment en festival mais nous devrions faire pas mal de shows à l’étranger. Nous avons bien tourné en France et on va s’orienter un peu sur l’Allemagne, le Bénélux et les pays de l’est. Maintenant il y a pas mal de tourneurs qui se sont adaptés aux petits groupes, c’est une opportunité. Tu prends ton camion et c’est parti!

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Ce soir c’est un concert caritatif à Saint Macaire, pourquoi cet engagement ?
LYSISTRATA : C’est important de jouer pour des causes. On ne nous le propose pas souvent et nous étions okay pour nous produire gratuitement. On est pas loin de chez nous et cela permet de tester les nouveaux morceaux.

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Quels sont vos disques de prédilection ?
LYSISTRATA : L’album bleu de WEEZER, « Refused » de THE SHAPE OF PUNK TO COME, « The beginning of end of now » de PAPIER TIGRE et « The argument » de FUGAZI. En concert, ROPOPOROSE qui est de Tours. Après y’en a tellement qu’il est difficile de tous les citer!

DIEGO*ON*THE*ROCKS  : Merci LYSISTRATA pour cette interview. Bonne tournée 2019 en France et surtout à l’étranger. A bientôt pour ce nouvel album.
LYSISTRATA : Salut Diego! Merci Caro.

C'Découverte Concerts En tournée Festivals Ils ont de l'avenir Les Interviews de MeL Rock Webzine - Musiques en Live , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲