Menu

AUGUST BURNS RED #LIVE REPORT @HUGO BARRÉ

Reports Concerts Webzine - Musiques en Live , , , , , , , , ,

Live Report: August Burns Red

Ce jeudi 6 décembre 2018, au BT59, Bordeaux a reçu la visite des américains de August Burns Red, Wage War, et des parisiens de Betraying the Martyrs. La soirée était clairement orientée metalcore, pour le plus grand plaisir d’une salle presque complète.

La soirée commence avec nos Français de Betraying the Martyrs. Depuis leur troisième album “The Resilient” sorti en 2017, ils se sont élevés au dessus de toute la scène Deathcore française et ont gagné un respect international.

Ils ouvrent leur concert avec la chanson “éponyme” à leur dernier album, et immédiatement la salle se met en mouvement. La présence imposante de Aaron Matts force le respect et sa voix grave et puissante en fait frissonner plus d’un, alors que Victor Guillet, au Clavier et à la voix, invite les gens à chanter leurs refrains et n’hésite pas à se jeter dans le public dense et déchaîné. Apres avoir enchaîné les chansons de The Resilient mêlées aux anciens tubes, ils terminent par une nouvelle chanson, exclusivité live, qui sortira sur le prochain album.

Le groupe se laisse facilement approcher, autant sur scène qu’après le concert, et leur générosité ne fait qu’amplifier le sentiment de satisfaction pendant les 35 dernières minutes.

Le temps de reprendre ses esprits, et c’est Wage War qui monte sur scène. Le groupe de metalcore de Ocala, en Floride, nous livre une formule classique mais efficace de ce style. À chaque chanson son breakdown sur lequel il est très difficile de ne pas “headbanger“, le son est massif, les refrain sont extrêmement bien interprétés et très techniques… le seul bémol est le jeu de scène, un peu trop simple et désinvolte pour servir complètement leur musique, pourtant parfaitement exécutée. Lourd et droit au but, Wage War mérite bien sa place solide sur la scène américaine.

August Burns Red était la tête d’affiche ce soir là, et quelle tête d’affiche… Les Pennsylvaniens, leaders du metalcore technique, ont donné deux leçons ce soir là. La première est une leçon de positivité, de tolérance et d’amour par leurs textes, leur attitude et leurs sourires. Jake Luhrs, en plus d’être un chanteur exceptionnel, s’amuse à danser de façon plus ou moins décalée sur scène, blaguer avec son public et son groupe, et même tenir la main des gens du premier rang pendant plusieurs dizaines de secondes tout en chantant. Tous les musiciens entraînent la foule avec eux dans la bonne humeur, et la vision du concert de métal change du tout au tout.

La deuxième leçon qu’August Burns Red livre au BT59, est purement technique. Le chant de Luhrs, allant du cri medium-grave caverneux à des suraigus clairs et maîtrisés, il ne perd pas son souffle une seule fois. Chaque solo de guitare, toujours joué avec un grand sourire par JB Brubaker, est d’une précision, d’une technicité et d’une fluidité à couper le souffle, tandis que la batterie de Matt Greiner, extrêmement réputé dans son milieu, semble aérienne, légère, pourtant bien solide et, là encore, très technique. La mécanique du groupe est superbement huilée, et l’heure de concert semble presque trop courte.

Finalement, c’est une soirée sous le signe de la paix et des breakdowns qui s’achève avec un sentiment d’avoir passé un moment proche de musiciens d’exception souvent inatteignables.

@Live Report de Hugo Barré

August Burns Red – The Frost

August Burns Red – The Frost (Official Music Video)

Reports Concerts Webzine - Musiques en Live , , , , , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲