Menu

MAIN SQUARE FESTIVAL 2018 #LIVE REPORT @ LOÏC COUSIN

Reports Concerts Webzine - Musiques en Live , ,

“Lors du week-end du 6, 7 et 8 juillet dernier se déroulait le Main Square festival d’Arras, un des plus grands festivals de France géré par Live Nation. Avec une grosse programmation, la 14eme édition s’est déroulée pour la 9 ème fois sur le site de la Citadelle Vauban d’Arras, devant plus de 120 000 personnes.

Sur 3 jours, et avec un temps du nord de France, oui oui grand soleil sur l’ensemble du festival, les festivaliers ont pris possession devant les deux scènes du festival (Main Stage et Green room), pour assister à 36 concerts dans des styles bien différents. Musiques-En-Live était présent le vendredi et le dimanche afin de couvrir le festival.

Vendredi:
C’est le groupe Baasta qui a eu la lourde tache d’ouvrir ce festival. Le groupe local lauréat du tremplin Main Square (ils vivent tous lesdeux à Arras), a assuré un set de 30min bien rock avec notamment le titre « Tora Tora Tora ». C’est ensuite le groupe « the Breeders » qui joua sur la grande scène. L’ancienne bassiste des Pixies Kim Deal accompagnée de sa soeur est venue présenter le nouvel album « All Nerves » . Si le groupe a enchainé les concerts durant les dernières années, il n’avait pas sorti d’album depuis 10 ans et « Mountain Battles ». Si la foule était encore peu présente, la chanson « Cannonball » a raisonné dans toute la région.

Sur la grande scène après “the Breeders » se sont enchainés Damian « Jr Gong » Marley, fils de Bob Marley, venu interpréter ses propres chansons et celles de son père. Le public commence à remplir la citadelle pour les concerts de « Gojira » et « Queens of the stone age », deux groupes de métal et rock. Le premier a mis le feu à Arras au sens propre comme au figuré, avec son métal français dans un concert qui reste toujours un vrai show visuel. Les pogos ont commencé à faire leur apparition et ont continué lors de l’arrivée de Josh Homme avec son groupe « Queens of the stone age » . Sensation de cette 1ère journée du festival, le groupe américain californien, aux 7 albums et au dernier de 2017 « Villains », a interprété les meilleurs morceaux comme « go with the flow », « no one knows », « regular john » et 12 autres pour un set de 1h10, toujours trop court quand on a le plaisir de voir ce groupe et que la dernière tournée était il y a 3 ans. Pour clôturer la soirée sur la main stage, c’est le rappeur Nekfeu qui a fait sauter le public avec 11 chansons, dont la dernière fût « Ma dope » aux 40 millions de vues sur youtube.

Sur la « petite » scène de la Green Room, après le groupe « Baasta », c’est « PVRIS » avec la sublime chanteuse Lyndsey Gunnulfsen, qui est entré sur scène pour un concert rock électrique comme on les aime. La douce voix de Lynn sur la chanson « my house » a fait voyager des festivaliers captivés par la performance du groupe américain.
Roméo Elvis est la figure montante du rap belge. Si le chanteur, fidèle à lui même, a crée l’émeute devant la scène, il est monté en température avec la victoire de la Belgique contre le Brésil dans le même temps en 1/4 de finale du championnat du monde de football, et qui envoyait son équipe nationale en 1/2 finale contre la France. Les concerts du rappeur belge, ne ressemblent pas à un concert de musique classique, et il a donné du travail aux agents de sécurité qui ont dû faire plusieurs interventions pour sortir des jeunes en train de faire des malaises.
La soirée s’est terminée par l’électro de « Jungle » et « Paul Kalkbrenner » qui ont usé de leurs machines pour transformer l’espace de la Green Room en vraie boite de nuit. Une fin de soirée qui a ravi les festivaliers qui ont dansé jusqu’au bout de la nuit.

Samedi:
Non présent sur cette journée, Musiques En Live n’a pu couvrir des groupes tels que Dépêche Mode, Liam Gallagher, BB Brunes, Oscar & the wolf, the blaze, feder, etc, qui se sont enchainés devant un MainSquare plein à craquer.

Dimanche:
La journée du dimanche annonçait une bien belle fête avec de grosses affiches, de tous les styles. Une journée SOLD OUT, qui commence par Double T, Youngr, et The Hunna. Lauréat Main Square, Double T s’est vu offrir la chance d’ouvrir cette troisième et dernière journée, juste avant le passage de Youngr, artiste seul sur scène avec sa batterie, sa guitare, sa basse, et sa table de mixage. Il a embarqué le public dans son univers électro, disco, funk. Enfin The Hunna, groupe rock anglais a fait chauffer les guitares, les basses, et la batterie, pour un live où les têtes ont été dans tous les sens. Un groupe que l’on retrouve sur énormément de dates françaises, et qui mérite la confiance qu’on leur porte sur les festivals.

Le public devient de plus en plus nombreux, puisque les grands noms commencent à se produire,  et c’est le belge Loïc Nottet, qui est venu danser et chanter sur la grande scène de la Main Stage. Le gagnant de l’émission Danse Avec Les Stars en France en 2016, représentant de la Belgique à l’eurovision en 2015, et celui qui a fait 2ème de the voice Belgique en 2014, a vraiment mis en application toute son expérience et son apprentissage de ces 4 dernières années pour des chorégraphies et des tableaux vraiment sublimes avec ses chansons « millions eyes », « rhythm inside », et « Mud blood ».
Ils ont fait la première de Muse à l’Accord Hôtel Arena de Paris en 2016 sur 2 dates, et ils se sont produits au Main Square, les «Nothing But Thieves » ont joué pendant 1h les titres de leur deux albums, où l’on retrouve « itch » ou « trip switch ». Un groupe que l’on aimerait voir plus souvent tant la musique qu’il propose est vraiment bonne.

Le groupe IAM a fait son retour également avec un nouvel album « Revolution » , et c’est plein d’énergie que shurik’n et akhenaton ont fait le show devant un public connaisseur et reprenant en coeur les chansons « petit frère », « je danse le mia », et « demain c’est loin ». Les deux rappeurs sont entrés sur scènes avec un masque qu’ils ont ensuite enlevé à partir de la deuxième chanson, comme l’expression « tomber le masque ». Avec un décor digne de temple chinois le duo marseillais frappe fort, eux qui n’avaient pas fait de concert depuis la tournée de 2015 (tournée entamée en juin 2017 aux Francofolies de Montréal).
Les années 1990 étaient bien représentées car c’est ensuite Jamiroquai qui entra sur la scène de la main stage pour 1h30 de concert, présentant les 8 opus qu’il a fait, en 12 chansons dont « cosmic girl » , « space cow-boy ». Il sera quand même à regretter de ne pas avoir eu le tube « you give me something » .
Le dernier concert de la grande scène est sans aucun doute le rappeur le plus en vogue en ce moment. En effet Orelsan avec des morceaux comme « basique », « défaite de famille », et « tout va bien » fait l’unanimité pour le public, certes jeune, mais bien présent à chaque fois que l’artiste fait un live.

Sur la petite scène et après the hunna, c’est « Tom Walker » ,  « Girls in hawaii », « Portugal. The man » et enfin « justice » qui ont assuré le show. Du rock, de la pop, de l’électro, tout était réuni pour que la scène Green Room soit une vraie réussite où chacun était venu voir ses groupes préférés.

S’il fallait conclure, le Main Square a prouvé cette année encore qu’il faut compter sur lui dans les meilleurs festivals de France, avec une gestion et une programmation parfaite, qui a ravi les 120 000 festivaliers. La 15ème édition en 2019 sera sans aucun doute une nouvelle fois une grande fête, et la programmation devrait être riche et toujours plus folle. Musiques-En-Live remercie le festival de sa confiance pour une première réussie.”

Loïc Cousin

Reports Concerts Webzine - Musiques en Live , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲