Menu

KLON – CHRONIQUE BD @ ALAIN SALLES

Chroniques Chroniques BD Non classé Webzine - Musiques en Live , , , , , , ,

KLON

Par Corrado Mastantuono chez Mosquito

En 2072, Rocco Basile est un spécialiste de la sécurité informatique, un peu perturbé par des troubles psychologiques d’adaptation sociale. Il doit aller reprogrammer l’interface du Ministre de la santé, Képler. Il commence à s’atteler à sa tâche quand un commando armé fait irruption et abat sans sommation tous les personnages présents…sauf Rocco qui parvient à s’enfuir. Bizarrement, cet événement n’a aucun écho dans les médias…

L’auteur, Corrado Mastantuono, a commencé sa carrière chez Disney Italie. De cette époque, il gardera un pied dans la carrière commerciale (Angry Birds, Mickey…), tout en s’attelant à des oeuvres plus personnelles que ce soit chez Bonelli (Nick Raider, Tex, qu’il reprend en 2007, ou le présent ouvrage) ou en 2004 , le premier tome d’Elias le Maudit, série dont le scénario est signé Sylviane Corgiat, chez les Humanoïdes Associés. Klon est une oeuvre de science-fiction à tendance dystopique. Le ton de rigueur dans ce genre, c’est l’accablement, la désillusion, le renoncement et, de fait, les drogues et les perturbations mentales, dans un monde qui appartient à une minorité quasi-invisible ou du moins hors d’atteinte. C’est là où l’auteur introduit une variante avec une interaction directe du personnage central et un homme de pouvoir, ou du moins sa sphère environnante.

Comme chez Philip K.Dick et, globalement, la science fiction après les 70’s, la perception de la réalité est affectée, tant par l’absorption de drogues que par affection mentale, Mastantuono laissant globalement planer beaucoup de doutes quand à l’existence des faits. Le lecteur, comme le personnage central, se perd un peu dans l’enchaînement des situations, même si le final donne sa solution. Le climat de théorie complotiste qui chapotte le tout, permettant à n’importe quelle vision paranoïaque de s’installer/s’instiller lentement dans tous les esprits mêmes les plus reptiliens !

Graphiquement, il fallait affronter les grands noms des années Metal Hurlant (mais pas que) et Mastantuono semble au croisement de Enki Bilal (en moins sombre) et Moebius (en plus précis), pour n’en citer que deux ! La ligne est claire, le dessin très dynamique, le découpage s’accordant parfaitement à l’atmosphère : c’est aussi l’avantage d’être un auteur complet, servi par une colorisation non datée de Nicola Pasquetto (c’est à dire actuelle, pas pastel façon SF 70’s).
Mosquito c’est aussi un prix raisonnable (20€ !) et des albums dignes de cette appellation ! Sous la bannière des indépendants, une précision important pour une grande mais modeste maison d’édition !
Un bel album de science-fiction, suffisamment sombre pour demeurer réaliste et mis en scène par un auteur de talent :… les yeux fermés !

Chroniques Chroniques BD Non classé Webzine - Musiques en Live , , , , , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲