Menu

STORMCORE – BORDEAUX #LIVE REPORT @ ELISE BELLOT

Reports Concerts Webzine - Musiques en Live , , ,

Techno hardcore : un samedi soir au rythme des basses à Bordeaux

Ce samedi 18 novembre, Les rencontres électroniques urbaines organisaient leur dernier événement hardcore à l’Espace du Lac, en compagnie de 7 artistes de la scène hardcore internationale.

Hardcore et Drum’N’Bass pour ouvrir le bal

22H, les premières basses retentissent dans l’enceinte de l’Espace du Lac. C’est Padawan, gagnant du concours Facebook organisé pour se produire lors de la warm up de la soirée qui a l’honneur de nous jouer son set crossbreed devant un public déjà très nombreux. Avant tout amateur de rock et de métal et membre du sound system Aganez, ce jeune Padawan en a surpris plus d’un et nous a offert un set digne des plus grands. 

La touche hardstyle de la soirée  

S’en suit l’artiste néerlandais E-Force, la touche raw-hardstyle tant attendue à Bordeaux. Révélation hardstyle de ces dix dernières années, E-Force s’est produit dans les plus grands festivals hardcore comme le Defqon 1 et le Ground 0. Aucune surprise au sujet de sa prestation qui était comme attendue, énergique et fracassante !

Le duo frenchcore italien

On ne les présente plus, le duo italien The Sickest Squad est le duo immanquable de la scène hardcore de ces dernières années. En 10 ans, leur notoriété s’est développée à travers le monde entier, notamment grâce au label frenchcore d’Audiogenic, ce qui leur a permis de se produire dans les plus grands festivals. Artistes phares de la scène hardcore, leurs sonorités frenchcore ont eu la chance d’être entendues et appréciées par le public bordelais, pour le plus grand plaisir de leurs oreilles. 

La reine du hardcore à Bordeaux

La soirée bat son plein, la salle est comble et la température monte peu à peu. Le duo italien laisse sa place à celle qu’on considère comme la reine du hardcore : Miss K8. Cette ukrainienne, protégée de Angerfist, compte parmi les plus grands depuis déjà plusieurs années. Classée parmi les 100 DJ les plus populaires depuis 2014 par DJ Magazine, nous avons eu l’honneur de l’accueillir à Bordeaux pour un set puissant et surprenant de la part d’une femme DJ, en grande minorité dans ce milieu. Personne ne peut le nier, Miss K8 a fait l’unanimité ce soir-là à Bordeaux. 

L’influence hardcore internationale   

Au tour de Tha Playah de faire trembler les murs de l’Espace du Lac devant un public bordelais déchaîné. Considéré comme l’une des principales sources d’inspiration de la scène hardcore/gabber, Tha Playah décide d’abord de composer pour le plaisir puis signe finalement avec le label néerlandais Neophyte Records en 2002, ce qui le propulse sur le devant de la scène hardcore mondiale. Tha Playah possède son propre style et sait de toute évidence comment attirer l’auditeur. Pour une de ses premières en France, il a su conquérir les oreilles du public, sans grande surprise ! 

Uptempo et décollage immédiat

Récompensé meilleur DJ techno hardcore aux Pays-Bas, Partyraiser débute sa carrière en 93 et sera un peu plus tard à l’origine de son propre label « Partyraiser Records » qui accueille les plus grands tels que Darkcontroller et F.Noize. Décollage immédiat pour l’Espace du Lac et son public qui apprécie Partyraiser pour son mélange des genres uptempo, industriel, gabber, terror et speedcore. L’ambiance est à son paroxysme, la fin de son set annonce le dernier artiste pour le closing de la soirée qui s’annonce grandiose. 

Un closing magistral

Pour clôturer cette soirée agitée, c’est Detest qui rentre en scène pour un closing en beauté. Intéressé par les sonorités hardcore et drum&bass, ce dj allemand a rapidement fait le choix de mêler les deux genres et ainsi de se diriger vers le style crossbreed, sa marque de fabrique. Footworxx, Q-Base et Thunderdome font partie de la longue liste des festivals dans lequel ce pionnier du hardcore a fait ses preuves. Succès instantané pour un closing digne de ce nom, le public en redemande et aurait volontiers continué à danser encore quelques heures. 

Talent et puissance ont été les mots d’ordre de cette dernière soirée tant attendue !

Dernière soirée, vraiment ?

L’Espace du Lac, haut lieu des soirées électroniques bordelaises, s’apprête à faire sa révérence à la fin du mois de décembre car reprise par la Mairie de Bordeaux. Jusqu’à lors, cette salle a permis d’accueillir des milliers de personnes amatrices de musiques électroniques, en permettant au public de profiter de la musique qu’ils aiment dans des conditions idéales : facile d’accès, loin de tout problème de nuisances sonores et de voisinage, grande superficie et sécurisé, cet espace est LE lieu destiné aux musiques électroniques sur Bordeaux.

Des gens de la France entière s’y déplacent pour y voir leurs artistes préférés, les organisateurs se sont démenés jours et nuits pour organiser du mieux possible des événements qui ont toujours fait carton plein, sans quelconque problème ou débordement. A ce jour, aucune alternative de remplacement de cette salle n’a été trouvée, faut-il laisser mourir la scène électronique bordelaise ?

Un collectif appelé « Touche pas à ma salle » a lancé une pétition sur le site change.org : destinée au Maire de Bordeaux et aux élus concernés, elle a pour but de recueillir un maximum de signatures pour empêcher cette fermeture. Plus que jamais, chacun doit se mobiliser pour la promotion des événements électroniques à Bordeaux. Les soirées organisées comme ce 18 novembre sont une preuve supplémentaire du succès grandissant de ce genre musical. La scène électro n’est pas morte, mobilisez-vous !

Lien de la pétition : Cliquez ici !

Elise Bellot
facebook.com/Eligraphie

Reports Concerts Webzine - Musiques en Live , , ,

Return to Top ▲Return to Top ▲