Menu

CLINTON FEARON – EMIDJI – ROCHER DE PALMER # LIVE REPORT @ SAMUEL PAILLE

Reports Concerts Webzine - Musiques en Live ,

Ce jeudi 17 Novembre, Le Rocher de Palmer était aux couleurs du Reggae, avec en artiste principal le très Grand Clinton Fearon, ex-membre du célèbre groupe « The Gladiators » jusqu’en 1987, venu présenter son nouvel album solo « This Morning ».

En première partie, on découvre le groupe bordelais Emidji avec leur Roots faisant fléchir nos jambes. Avec Emidji, on passe du tout au tout, d’un bon morceau bien roots et assez lent, à un gros Reggae bien rond et très dansant ! Au cours des chansons, Marcel, le chanteur, nous transmet ses émotions avec une voix unique qui parfois nous fait penser à celle de Harrison Stafford (ex-chanteur de Groundation).

emidji

Avec Emidji, il y en a pour tous les goûts, ça swing, ça skank, ça groove, de très belles chansons aux paroles sensées qui offrent je cite « Une belle randonnée intérieure », notamment avec le titre “Mountain”.
On finit donc cette première partie avec le sourire et d’autant plus chaud pour l’arrivée de Mr Fearon !

Et on y arrive, les musiciens du Boogie Brown Band s’installent sur la scène de la grande salle du Rocher. Une ambiance s’installe, le clavier ouvre le bal avec une introduction très jazzy pour mettre en jambe un public bouillant d’énergie positive!

Du fond de la scène, on voit arriver un petit Monsieur avec un débardeur orange, ce n’est autre que le Grand Clinton Fearon ! Clinton enfourche sa guitare et ouvre le bal avec « Doctor Say », on est tout de suite plongé dans une ambiance rythmée de musique jamaïcaine très prenante.

Puis vient, une seconde chanson du nouvel album : This Morning, et là, on découvre un saxophoniste hors pair, qui rend tout de suite la musique plus vivante avec une atmosphère très planante ! On est détendu, on est bien, une pure merveille pour les oreilles !

Le Boogie Brown Band nous accorde aussi de très bons passages Dub, avec une belle basse très profonde, une batterie et un clavier qui alternent entre grosse Reverb et Delay, qui fait fermer les yeux aux ¾ du public présent ce soir là. On s’évade, on pense à autre chose, on oublie nos soucis, c’est la magie du cocktail Fearon/Boogie Brown.

De temps à autre, Clinton partage ses vibrations avec des « Dabadabadoo, dabadi, doo », onomatopées qui rajoutent un côté funky & jazz au concert.

Et arrive le moment fatidique ou le groupe se met à jouer et chanter les succès des Gladiators, tout le monde lève les genoux et enlève ses chaussures (pour ceux qui ne les ont pas déjà enlevées).

Enfin, en toute fin de concert, après une présentation de tous les musiciens, tous des pointures, le groupe s’en va mais revient très vite suite aux appels du public inépuisable. On finit donc en beauté, avec des titres des Gladiators dont tout le monde se rappelle : Rich Man Poor Man, Chatty Chatty Mouth… le public quitte le concert conquis!

Ce grand Clinton Fearon est encore plein de ressource, pour le plus grand bien de nos yeux et nos oreilles.

 

Samuel Paillé

Reports Concerts Webzine - Musiques en Live ,

Return to Top ▲Return to Top ▲